« Dalida By Ibrahim Maalouf », le nouvel album du musicien

Par 01/12/2017

A l’occasion des trente ans de la disparition de Dalida, Ibrahim Maalouf rend hommage à la chanteuse avec un album de reprises au son jazz et pop. Le trompettiste et compositeur a réunit une palette d’artistes parmi lesquels : Monica Bellucci, Mika ou encore Alain Souchon. Il est venu nous parler de l’histoire et de la création de cet album dans les Instants Privilégiés !

Le label historique de Dalida, Barclay, a fait appel à Ibrahim Maalouf pour rendre hommage à la chanteuse, disparue il y a trente ans. L’artiste s’est tourné vers son « big band » pour reprendre les plus grands titres de son répertoire. Avec une poignée de complices de haut vol (Alain Souchon, Ben L’Oncle Soul, Thomas Dutronc, Izia, -M-, Monica Bellucci, Arno, Rokia Traoré, Mika, Golshifteh Farahani et Melody Gardot), le musicien d’origine libanaise a cherché « l’essence de ces chansons qui sont si profondes lorsqu’on les écoute au-delà du superficiel et des paillettes ». Il nous a raconté ce travail : « Il y a plein de choses, il y a plein d’axes de travail. Quand on travaille sur un album comme celui-ci, il y a évidemment Dalida, le répertoire de Dalida, une envie de valoriser à travers un travail profond, précis, respectueux, une partie du répertoire de la chanson française que j’aime beaucoup même si j’aime toute la chanson française. J’avais envie de contribuer à ma façon à une petite partie non négligeable du répertoire de la chanson française. Après, les choses se sont faites de manière très naturelles, très spontanées, j’avoue que j’ai eu une chance inouïe d’avoir été entouré de tous ces grands artistes qui valorisent et mon travail, et la voix de Dalida, et les chansons, et son répertoire. Tout s’est fait de manière très spontanée et naturelle. Le résultat n’était pas du tout calculé au départ, c’est-à-dire qu’on a pas commencé l’album en se disant tiens, on va faire ci, on va faire ça… Je suis très content qu’on ait fonctionné comme ça, et ici, le gros label Barclay qui est le label historique de Dalida, m’a donné la possibilité de travailler à mon rythme, et c’est pour ça que j’ai accepté ce projet, et que c’est vraiment devenu mon album ».

Sur « J’attendrai », premier extrait de l’album, Ibrahim Maalouf nous offre un duo avec Melody Gardot, qui n’était pas prévu à la base : « Comme avec quasiment tous les autres artistes qui ont participé à cet album, j’ai essayé de faire la direction comme un réalisateur qui donne la direction d’acteur. J’étais en train de travailler avec Melody qui venait d’arriver, qui était en train de découvrir le morceau sur lequel je voulais qu’elle chante. Elle était en train d’apprendre la mélodie, et pour qu’elle l’assimile rapidement je la chantais en même temps qu’elle. Elle m’a demandé si je ne voulais pas descendre pour la faire avec elle dans le studio pour qu’elle s’habitue. A un moment donné elle m’a piégé et elle m’a dit : « C’est trop beau quand on la chante tous les deux, si tu ne la fais pas avec moi je ne la fais pas ». Au début je pensais que c’était pour rire, et en fait c’était pour de vrai. Elle m’a convaincu, on l’a fait comme ça pour rire et puis on l’a gardée ».

Il nous a également raconté d’autres anecdotes sur la création de « Dalida By Ibrahim Maalouf » : « Il y a eu beaucoup de choses, avec Mika, on en parlait tout à l’heure mais avec Melody Gardot aussi, le moment où elle m’a demandé de chanter avec elle, tout, Rokia Traoré, Thomas Dutronc, Golshifteh Farahani c’était incroyable de l’entendre chanter comme ça, elle est juste sublime dans cette chanson. Ben l’Oncle Soul chante en italien, Arno nous a tous surpris, il est arrivé, il a posé sa voix, il est parti, ça n’a même pas duré un quart d’heure… Izia quand elle est venue au studio pour enregistrer sa voix, au début il fallait la convaincre parce qu’elle ne savait pas vraiment ce que je voulais d’elle sur la chanson « Laissez-moi danser ». Je lui ai d’abord fait écouter une version un peu reggae et ça ne lui a pas plus. J’ai cru deviner qu’elle avait ouvert son téléphone pour partir car elle me disait qu’elle ne le sentait pas, et j’ai cru voir l’application Uber, mais elle m’a dit que ce n’était pas vrai, donc je la crois ! J’ai commencé à avoir peur, je ne voulais pas qu’on se retrouve sans elle et c’est triste car je l’imaginais vraiment sur cet album. Donc évidemment je me suis précipité, je lui ai dit que j’étais prêt à laisser tomber cette version reggae, j’aimerais vraiment qu’on essaie quelque chose piano/voix. Elle m’a dit qu’elle verrait un truc vraiment plus mélancolique. On est descendus et on a essayé des choses au piano, et on a essayé en épurant au maximum, en chantant beaucoup moins la mélodie, et on est tombé sur cette version. Tous les deux on a trouvé ça vraiment magique ».

L’intégralité de l’émission est maintenant disponible en podcast audio et vidéo sur notre site et notre chaîne Youtube ! Et retrouvez le single « J’attendrai » sur Hotmixradio New !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

X
fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • SD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence