Editors nous présente « Violence »

Par 23/03/2018

Le groupe britannique Editors, originaire de Birmingham, est de retour avec un sixième album intitulé « Violence » et sorti au début du mois. A cette occasion, nous avons reçu Tom Smith, Justin Lockey et Elliott Williams pour nous parler de cet opus et de sa création, en Facebook Live, dans les Instants Privilégiés.

Emmené par « Magazine » avec sa salve vertigineusement lumineuse quoique acérée, ce titre marque un changement stylistique intriguant pour Editors. Le single, le premier du groupe depuis trois ans, est un hymne pop qui attaque sauvagement les gestes et attitudes vides des gens au pouvoir. Construit autour d’un refrain entraînant et d’accords industriels et puissants, « Magazine » est un cri de ralliement musclé et dynamique. Le leader d’Editors, Tom Smith, affirme : « Magazine pointe du doigt les gens au pouvoir… ces politiciens et businessmen corrompus qui, avec leurs postures vides, se jouent des masses pour satisfaire leur soif de pouvoir ».

Pour ce nouvel album « Violence », le groupe a travaillé sur les chansons en les enregistrant en différentes versions : « On a mis un an à l’enregistrer. On a commencé à tout enregistrer nous-mêmes, après on a fait appel à un mec qui s’appelle Blanck Mass, qui a tout pré-enregistré et qui a eu sa version du disque. Donc on a fini avec deux disques complètement différents et il fallait les fusionner, il fallait en faire quelque chose pour trouver justement cet équilibre entre l’électro et le rock ». Editors a travaillé sur cet album avec « beaucoup de patience, de la confiance et de l’amour. On parle beaucoup de foot et il faut aussi du temps ! On aime plus que jamais maintenant se retrouver tous les trois dans le studio, on finalise vraiment tous les détails, on passe beaucoup de temps à potasser toutes les chansons pour qu’elles puissent pousser toutes seules et c’était pas du tout comme ça à nos débuts ». Le groupe a également souhaité faire attention aux paroles car cela a une réelle importance pour eux : « C’est vrai que moi j’ai toujours fait vraiment beaucoup attention aux paroles que j’écris, ce n’est pas quelque chose de particulièrement nouveau. Ce que je peux dire pour ce disque c’est que toutes les paroles que j’ai écrites ont des ambiguïtés. C’est vrai qu’ici il y a quand même un fil conducteur, je crois que c’est l’époque dans laquelle nous vivons, cette époque particulièrement violente ».

On retrouve cette version de la violence sur la pochette de leur album, réalisée par Rahi Rezvani « C’est un artiste qui est vraiment super, un artiste hollandais avec qui on travaille depuis très longtemps. Il a travaillé sur le disque précédent et ça fait plusieurs années qu’on bosse avec lui. C’est presque maintenant un membre du groupe à lui tout seul parce qu’on lui fait vraiment confiance pour nous traduire. Ce que nous on a l’intention de faire musicalement, lui en fait une version visuelle ».

En concert à l’Olympia ce soir (23 mars)

Le groupe Editors sera en concert ce soir à l’Olympia et le 25 avril à Lyon, au Transbordeur. Ils seront également en tournée en Angleterre et en Irlande à partir du 7 octobre, et ils nous ont parlé de leur travail sur les titres en live : « En fait on utilise un peu tous ces éléments, on essaie évidemment de faire sonner les mélodies le plus possible, les lignes de synthé, mais comme on est un groupe de rock aussi on essaie un peu d’envoyer la pâté, de muscler un peu les choses. Ça prend beaucoup de temps à mettre au point, on essaie de rassembler les meilleurs éléments qu’on peut jouer sur scène ensemble ».

Retrouvez l’interview complète dès maintenant sur notre site et notre chaîne Youtube et écoutez « Magazine » ainsi que le nouveau single d’Editors « Hallelujah (So Low) » sur Hotmixradio Rock !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence