Découvrez The Parakit !

Par 05/07/2018

Vous avez forcément entendu leur titre « Save Me » l’année dernière… Le collectif The Parakit est de retour avec un nouveau morceau qui ne va pas vous quitter de l’été : « Dam Dam ». Greg et Mickael Miro sont venus nous présenter ce projet et nous interpréter ces deux titres en live !

« The Parakit », où le destin incroyable d’un collectif français d’artistes-producteurs de musique électronique. Et pourtant, c’est au-delà des frontières de leur pays que l’histoire a commencé…
En 2016, la bande de potes débarque à l’Amsterdam Dance Event et présente leur tout premier titre « Save Me ». Un label russe indépendant a immédiatement un coup de coeur et le groupe décide alors de suivre son intuition en signant son premier contrat. L’avenir leur donnera raison et c’est loin de leur terre de naissance que la vague « The Parakit » est lancée. Aujourd’hui, « The Parakit » sont de retour pour présenter leur nouveau single « Dam Dam ». Ils nous racontent l’histoire de ce titre : « Entre Save Me et Dam Dam il y a eu cinq singles de The Parakit et cette idée en nouveau single de revisiter cette chanson effectivement que moi j’avais écrite et composer il y a dix ans. Et avec les potes de The Parakit qui est un collectif en fait, on mélange toutes nos origines, nos musiques, les musiques qu’on aime faire on les mélange. Donc Greg qui vient de l’électro, de la house, à un moment donné il se dit on ne mettrait pas un petit coup de lifting à cette chanson que tu nous as planté dans le cerveau il y a huit ans ? Ça a été un long process franchement, ce n’est pas si évident de faire passer une chanson si française dans le langage de la house music et en plus en anglais. Donc on a mis beaucoup de temps, beaucoup d’allers retours. Moi je les ai laissé aussi bosser parce que je n’avais pas le recul dans cette prod là et puis un jour j’ai reçu un mail avec. Les potes, dont Greg, m’ont dit je pense que tu peux être fier, je crois qu’on tient un truc et je pense que ta chanson peut peut-être dix ans après traverser les frontières et avoir un autre language ».
Les deux garçons nous parlent de leur manière de travailler : « Déjà nous notre manière de travailler c’est à la guitare, donc nous pour le morceau il y a déjà une construction qui est faite. Il fait le morceau en acoustique et nous on lui donne un peu de fraîcheur » explique Greg. Mickael rajoute : « C’est vrai qu’on se trouve souvent avec Valentin qui est notre acolyte, à essayer de construire une chanson comme on l’a toujours fait, certainement en ayant intégré beaucoup de codes et de structures de musique house quand même dans notre manière de composer. On les poussent jusqu’à là où on sait aller et ensuite il y a les spécialistes de la house music, il y a Greg, il y a Thibaut, il y a Alex, et après c’est du ping pong de prod et c’est ça qui est cool, chacune de nos influences se retrouve et en même temps fusionne ».
Mickael ne cache pas avoir parfois quelques surprises dans la production des morceaux : « Ce qui surprend c’est souvent les tempos, c’est souvent la manière de construire, de construire les drops, il y a un truc très Parakit là-dedans où on se retrouve souvent à découper soit ma voix soit celle d’une chanteuse avec qui ont aime travailler sur les singles. Et le tempo pour moi effectivement, moi qui ai toujours eu tendance à prendre mon temps en guitare voix, quand ils m’envoient les trucs il y a parfois des écarts de dix quinze vingts pointes de BPM ce qui est beaucoup ».

Sur scène, le collectif nous explique leur façon de procéder : « On joue quand même avec des instruments mais ça dépend aussi du club, de la place qu’on a sur scène et de plein de choses. Mais on aime bien se faire accompagner de live, c’est la team The Parakit, on s’amuse, il y a de la guitare… » raconte Greg. Mickael rajoute : « Quand on a plus de liberté, le temps d’un festival ou de gig où finalement il ne demande pas que du DJ set on essaye de chanter tous nos singles et de les faire vibrer comme on peut, moi je prends ma guitare, on peut avoir un sax qui nous accompagne, des amis aux percussions mais c’est un process qui est long ». Il ajoute : « Ce qu’on aime faire sur les singles, du moins ceux qui ont marché, c’est soit commencer soit terminer avec de la guitare. Moi c’est peut-être parce que je viens de là, de la folk, et la communion avec le public en guitare-voix, avec tout le respect que je dois à tes machines électroniques qui sont formidables, je ne dis pas le contraire, mais quand d’un coup une chanson a été exposée en radio et qu’elle est devenue un hit, c’est vrai que se retrouver seul avec les gens en train de la chanter en guitare voix c’est un bonheur sans nom et les gens aiment ça je pense. Mais il faut le faire très mesurer dans l’electro aussi parce qu’ils sont surtout là pour que Greg les fassent monter au plafond mais on le fait un peu oui ».

Greg et Mickael nous ont fait le plaisir d’interpréter « Save Me » et « Dam Dam » en live dans les Instants Privilégiés, un moment à retrouver dès maintenant !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence