Découvrez Trinix !

Par 17/10/2018

Après la sortie de plusieurs titres, ils viennent tout juste de sortir leur premier album : le duo Trinix, composé de Josh et Loïs est venu dans les Instants Privilégiés nous parler de « Mayday » et de leur univers bien à eux sur Hotmixradio !

Vendredi 12 octobre, un grand jour pour Trinix ! En plus de sortir leur premier album « Mayday », le duo célébrait également la sortie d’un nouveau single inclus sur leur opus, « One Night ». Forcément la première question est évidente, comment se sent-on lorsqu’on a un premier album qui arrive dans les bacs ? : « On est contents, on s’est levés il n’y a pas longtemps, on est fatigués mais contents ! On a fait péter une petite bouteille de Champomy et on est allés se coucher sagement. On a reçu pas mal de messages ce matin et on a hâte de regarder ça posés cet après-midi ».
Et ce n’est pas seulement la sortie d’un objet physique avec le CD, mais de deux puisque Trinix propose une version vinyle de leur opus : « C’est vraiment un rêve de gosse, ne serait-ce que pour l’objet déjà c’est un super bel objet, et moi j’ai commencé le scratch quand j’avais 11 ans, c’était sur vinyle donc c’est un peu un symbole aujourd’hui. Et puis les gens n’achètent plus de physique donc quand ils en prennent, ils prennent le vinyle ».
Il y a pourtant une bonne raison à acheter « Mayday » en physique, pour le livret inclus avec le CD sur lequel les deux jeunes artistes ont travaillé : « Quand on a eu au début l’idée de faire un album on s’est dit qu’il fallait que ce soit vraiment un objet qui soit abouti à 100% au niveau de l’univers, de la cohérence, un fil directeur tout le long. Et forcément faire un livret ou chaque musique à sa petite histoire et au final ça raconte une histoire sur tout l’album bah c’était important pour nous. Chaque titre a été créé dans des endroits différents et chacun à sa propre histoire. On s’est dit qu’on est obligés de raconter ça aux gens pour qui comprennent ce qui s’est passé ». L’histoire se raconte avec à côté de chaque titre, un horaire : « C’est les heures où on travaillait sur le morceau, où l’idée nous venait, les heures où on a commencé à travailler sur chaque projet, c’est pas la fin c’est le début en fait ».

Rare sont les albums de plus de 15 titres, sauf peut-être dans le milieu urbain, une influence pour Trinix, qui nous offre un opus avec 20 morceaux : « On ne s’est pas dit qu’on allait faire un 20 titres ou 15 titres mais forcément de part la culture qu’on avait avec le hip-hop tout ça, c’était un peu plus naturel pour nous. Après on a remarqué aussi ces dernières années qu’il y a beaucoup d’albums dans l’électro qui sortent et souvent c’est des 9 ou 12 titres et à la fin on est toujours un peu frustrés. On l’écoute 3-4-5 fois et après on en a un peu marre parce que c’est vite redondant. Et là, 20 titres c’était le bon format pour nous dans le sens où on peut se l’écouter sans se lasser tout de suite car ça fait 1h06. Et puis c’est venu naturellement, quand on a eu l’idée de créer l’album on a fait plein de productions sans vraiment réfléchir et après on s’est retrouvés avec quasiment 70 morceaux presque terminés. On s’est dit bon dans toutes ces productions-là il va falloir qu’on pioche les sons qui nous tiennent à coeur, ceux qu’on a vraiment envie de garder et du coup on a essayé de les éliminer un par un. On a pris ceux qui avaient la plus belle histoire, on se disait : « Là on est partis à Bali pour faire celui-ci, on est obligé de le mettre ». Et là dans les 20 on ne pouvait pas en enlever un ».
Si la plupart des productions peuvent paraître assez softs, d’autres titres nous emmènent dans des univers différents et nous montrent la palette de Trinix : « On voulait montrer qu’on était aussi éclectique et qu’on savait faire d’autres choses que ce qu’on avait pu présenter auparavant. Après « Blinded Edge » et « Desert » c’est des sons qu’on a fait en fait pour les festivals et souvent quand on sortait de scène on nous disait ce morceau que vous avez joué à telle minute c’est trop bien, c’est quoi… Et c’était une évidence de les mettre dans l’album. On ne voulait pas être mis dans une case d’artiste chill musique on voulait vraiment montrer aux gens qu’on sait faire d’autres choses et en quelques sorte aller de l’avant ».

L’interview complète de Trinix est disponible dès maintenant et vous pouvez écouter « One Night » sur Hotmixradio New !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • SD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence