Le groupe Lukas Graham est de retour !

Par 26/10/2018

Le groupe Lukas Graham mené par Lukas Forchammer est de retour aujourd’hui avec un deuxième album en France intitulé « Lukas Graham 3 (The Purple Album) » et emmené par le single « Love Someone ». Le chanteur est venu nous en parler dans les Instants Privilégiés sur Hotmixradio.

Vous connaissez forcément Lukas Graham, ce groupe qui avait cartonné il y a un peu plus de deux ans avec le titre « 7 Years ». Ils sont retour aujourd’hui avec un nouvel album, « Lukas Graham 3 (The Purple Album) » emmené par le premier titre « Love Someone » dont Lukas, le chanteur, nous raconte l’histoire : « C’est une chanson d’amour, mais ça parle surtout de la crainte de perdre ce qu’on a déjà en fait. C’est quelque chose de nouveau pour moi parce que maintenant que je suis papa, j’ai toujours la crainte de me dire que je peux perdre ma fille si je ne suis pas un bon père ou je peux perdre ma femme si je ne suis pas un bon mari ». Sa fille, qui l’a d’ailleurs inspiré pour le nom de l’album : « Le prénom de ma fille c’est Viola, donc violet et ça se dit ‘purple’ en anglais. Et « 3 » parce que nous le sommes maintenant à la maison. En France c’est mon second album et en Amérique aussi, mais au Danemark c’est mon troisième album ».

L’artiste nous offre un opus basé principalement sur le thème de la famille même si plusieurs sujets sont abordés : « C’est comme l’album précédent Blue, j’avais peur que ça ne parle que de mon papa qui est décédé et sur cet album aussi, comme ma fille prend beaucoup de mon temps, de mon coeur et de mon énergie, j’avais peur de ne pas pouvoir écrire à propos d’autre chose. Mais c’est vrai que c’est quand même pas mal basé sur la famille mais il y a une chanson où je demande par exemple à ma femme si je peux rentrer à la maison après une journée de travail, une chanson qui parle du climat politique actuel… J’ai essayé un petit peu d’élargir les sujets ». Sur ce travail, qu’il décrit comme très thérapeutique, Lukas n’est pas seul : « En fait j’écris avec une équipe d’auteurs dont un ami d’enfance, Don Stefano et d’autres personnes mais pas avec les gens du groupe. On fait ensuite la musique et c’est là que le groupe intervient. Et puis après on va sur scène et on chante en live. On a deux bases : la base créative et celle pour écrire les chansons. C’est très thérapeutique quand j’écris. Il y a des gens qui voient un psy, moi j’écris mes émotions et mes sentiments. Je suis suivi par un coach mental et en même temps physique qui m’a dit que c’est bien de vivre mes émotions. Si tu es énervé, claque la porte, casse la table ou écrit. J’ai écrit environ mille chansons sur le décès de mon père, autant sur le fait d’être père moi-même… Je ne vais pas toutes les sortir mais je les ai écrits et ça m’a aidé à faire sortir mes émotions ». Bien évidemment qui dit album dit choix des titres enregistrés qui vont pouvoir être sur l’album. Et pour ça, Lukas a fait appel à toute son équipe : « On avait environ 45 titres et on a dû en garder dix. Comme on est nombreux, environ 9-10 dans l’équipe, si j’ai une liste de 10 titres et que quelqu’un d’autre de l’équipe a une autre liste je me dit que peut-être il y a quelque chose qui ne va pas donc c’est bien d’avoir d’autres avis. C’est difficile d’avoir confiance en soi et de toujours être sûr de soi donc c’est bien d’avoir des gens à qui on fait confiance autour de nous, qui nous disent les choses, et de ne pas se fâcher si les choses ne nous plaisent pas ».

Lorsqu’il est en studio, Lukas pense aux versions en live : « Lorsque j’enregistre je le fais avec l’idée en tête qu’il va falloir les chanter sur scène. Et il y a un titre, « Not A Damn Thing Changed », qui est quasiment impossible à chanter si je ne suis pas dans le bon état d’esprit, si je suis bourré de la veille, si je n’ai pas mangé ce qu’il faut… C’est un peu compliqué ! ». Cependant, c’est assez rare que des titres naissent pendant la période de tournée : « Pour être créatif il faut quand même avoir un peu de place dans sa tête. Et parfois quand on est en tournée, déjà le fait d’être sur scène plus les interviews et la promo ça prend tellement de place qu’il n’y en a plus assez pour la création mais parfois ça arrive. C’est difficile de prédire quand je vais être créatif parce que j’écris de tellement de façons différentes, parfois ça commence avec les paroles, parfois avec une mélodie, parfois avec un concept… Donc quand c’est comme ça c’est difficile de savoir à quel moment ça va venir en fait ».

Et en parlant de tournée, le groupe entamera plusieurs dates en janvier, dont notamment la première à la maison, à Copenhague : « C’est toujours bien de rentrer à la maison et c’est pour moi un moyen de rester normal si la normalité existe et c’est sain ». L’artiste nous a également confié qu’il passera en France par le Bataclan, le 19 avril prochain.

En attendant de les voir en live, retrouvez l’interview complète du groupe Lukas Graham dès maintenant en podcast audio et vidéo et écoutez « Love Someone » sur Hotmixradio New !

Les interviews

Actus précédentes

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • SD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence