Louis Bertignac nous présente « Origines »

Par 16/11/2018

Louis Bertignac revient avec un album intitulé « Origines », mettant en avant les morceaux de sa jeunesse en y ajoutant son empreinte : l’artiste a revisité tous les textes en français et a joué les différents instruments de l’opus. Nous l’avons rencontré quelques jours avant sa sortie dans un grand hôtel parisien où il nous a parlé de ce projet dont il est très fier.

« Origines », c’est un peu les morceaux de jeunesse de Louis Bertignac. Et on rentre dans son univers dès la pochette de l’album, mettant en scène sa chambre d’adolescent : « C’est censé être ma chambre quand j’avais 15-16ans. Ça ressemble un peu. Les posters je les avais dans ma chambre, je suis allé sur internet et j’ai envoyé les photos des posters que j’avais dans ma chambre au décorateur qui avait tout préparé ». Toutes les chansons présentes sur cet opus ont fait partie de sa vie : « Non seulement fait partie de ma vie et qui ont dirigé un peu ma vie aussi pour être honnête. Pas ces chansons-là forcément mais ces albums que j’écoutais à l’époque, à l’époque où je me demandais ce que j’allais faire plus tard. D’écouter ces trucs-là ça me détendait la tête, c’était le seul moment quand j’écoutais ces trucs-là et un peu plus tard quand je les jouais, c’était le seul moment où je ne me demandais pas d’un air angoissé ce que j’allais faire plus tard ».

Louis Bertignac a effectué un long travail sur cet album en ré-écrivant tous les textes des chansons en anglais et à sa façon : « J’ai essayé de traduire la plupart du temps mais quand ça ne me correspondait pas trop ce que ça racontait au départ j’ai choisi de raconter ma vie et c’est ce qui me venait plus facilement. C’est un truc que j’ai fini par découvrir à 64 ans, j’aurai pu l’apprendre plus tôt, mais j’ai toujours été influencé par Higelin, par Jean-Louis Aubert, les types qui écrivaient la plupart des morceaux quand j’ai joué avec eux. Et je me suis dit, j’ai toujours pensé qu’il fallait une certaine poésie pour écrire du rock etc. Et bah en fait pas du tout, je me suis rendu compte très récemment qu’il suffisait de raconter sa vie à peu près sincèrement pour avoir un sujet intéressant. C’est ce que j’ai fait et ça fonctionne ! J’ai été très étonné de le remarquer mais je suis très content de l’avoir découvert et je pense que je vais continuer dans cette voie ».

Quatorze titres sont présents sur cet opus, un choix qui s’est fait assez naturellement pour l’artiste même s’il avait choisi plus de titres au départ : « En fait j’en ai choisi beaucoup plus, il y en a certains qui ont été refusés par les auteurs, les auteurs ou les éditeurs des auteurs probablement. J’avais pris du Hendrix, du Led Zeppelin, ceux-là n’ont pas été acceptés, ils m’ont dit oui tu peux, mais en anglais. Je ne voyais pas l’intérêt puisque cet album, le principe c’était que je chante en français. Et donc j’ai oublié. Il y a même un autre Beatles qui a été refusé mais c’est parce que c’est Lennon/McCartney. Celle qui a été accepté c’est Harrison. Alors je suppose que c’est parce que ce n’est pas le même éditeur ou parce qu’ils ont des ordres différents chacun, je ne sais pas ». Pour autant, il n’est pas déçu : « Non finalement c’est celles qui m’allait le moins qui ont été refusées donc ça m’allait très bien. Mais celle de « Ma Guitare Joue Le Blues » m’aurait été refusée j’aurais eu les boules ».

C’est en partant du titre de Rod Stewart « It’s Over », devenu « C’est Fini », que l’idée de jouer tous les instruments lui ai venu : « Oui, il parlait d’un truc que j’avais vécu, c’est la séparation du couple, les avocats, les témoignages des amis et du père, de la mère, tout ça pour avoir la garde des enfants. J’ai lutté, j’ai eu ce que je pouvais, trois week-ends par mois c’est déjà pas mal mais quand même j’ai beaucoup souffert. Savoir ce que les autres allaient raconter sur moi, des horreurs mais juste parce qu’on leur avait dit de dire des saloperies sur moi c’est affreux. Comme Rod Stewart parlait à peu près de ça, j’ai commencé à traduire sa chanson. Et c’est ça qui m’a mis le pied à l’étrier, c’est ce morceau-là. Et ensuite quand je l’ai fini j’ai trouvé ça bien. Evidemment j’ai joué tous les instruments parce qu’il n’y avait que moi dans mon studio et que ça m’amusait aussi, j’adore jouer de la batterie. Et donc ensuite je me suis dit : ‘bon bah on continue, continuons comme ça’. Et j’ai fait ça pour me marrer en fait, j’ai fait ça surtout pour ré-apprendre à écrire les textes, ce que j’avais négligé depuis pas mal d’albums. Du coup j’avais des textes bien parce que c’était écrit par des gens exceptionnels mais ça ne me ressemblait pas vraiment. Alors que là je suis très content parce que j’ai raconté ma vie et c’est sans le moindre doute l’album qui me ressemble le plus. Les musiques je les adore donc ça a été un vrai régal de les enregistrer, de chanter dessus et d’écrire dessus aussi ».

Louis Bertignac partira sans doute sur scène avec cet opus : « Pour l’instant je me mets à les apprendre donc je les joue surtout guitare sèche en ce moment et c’est un vrai régal. Evidemment surtout parce que c’est les musiques que j’ai le plus adoré dans ma vie, ces musiques je les trouve extraordinaires alors que ce soit avec un groupe ou avec une guitare sèche c’est un bonheur de les interpréter donc je ne vais pas m’en priver. Il y a deux trois mois tout le monde râlait parce que je faisais trop de reprises sur scène, là ils vont plus rien comprendre si je ne fais que des reprises sur scène ! ».

L’interview complète de Louis Bertignac est à retrouver dès maintenant sur Hotmixradio avec en bonus un petit extrait guitare voix ! Et écoutez-le sur Hotmixradio Frenchy !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • SD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence