Gringe nous parle de son album « Enfant Lune »

Par 23/11/2018

Sorti début novembre « Enfant Lune », le premier album solo de Gringe, est enfin disponible. Si on le connait principalement pour ses collaborations avec Orelsan au sein du duo Casseurs Flowters, c’est aujourd’hui avec un disque beaucoup plus personnel qu’on le retrouve, et qu’il est venu nous présenter en Facebook Live dans les Instants Privilégiés.

Les fans l’attendaient avec impatience : le premier album solo de Gringe, « Enfant Lune » est disponible depuis le deux novembre et emmené par un premier extrait « Qui Dit Mieux », avec Orelsan, Vald ou encore Suikon Blaz AD. « Je sentais qu’il y avait une petite attente, en tout cas j’étais identifié par rapport aux Casseurs, à Orelsan, à la série « Bloqués » pas mal et le film en fait. Il y a eu pas mal d’épisodes qui ont fait qu’à un moment donné, une fois que j’ai eu annoncé l’album on l’attendait un peu. J’ai vu qu’il y avait un petit engouement quoi. Après j’ai tellement teasé le truc, c’était censé sortir en début d’année parce que j’étais tout seul et que je m’étais dit qu’une fois que j’enregistrais mes morceaux c’est bon mais il fallait les mixer, faire la cover de l’album, tout réfléchir, il y avait toute l’après-création quoi, mais je suis très content ». Suite à cette attente, nous lui avons demandé s’il avait été surpris des réactions des gens quant aux quinze titres présents sur cet album : « J’ai divisé un peu l’opinion, je me suis rendu compte rapidement que des gens avaient détesté, je les avaient perdu en cours de route, mais je ne me rendais pas compte que c’était assez différent de Casseurs Flowters. J’ai toujours été fidèle à moi, les Casseurs c’est une autre facette de ma personnalité, c’est plus le côté mec de bande et tout l’aspect léger où dans Bloqués peut-être un peu cynique. Ça reste très con tu vois, c’est des personnages un peu très légers quoi et du coup je m’étais dit bah non, je vais faire un truc qui me ressemble et ils vont comprendre le délire. Je ne m’étais même pas posé la question. Il y a des gens que j’ai perdu à tout jamais et d’autres qui m’ont dit que c’était de la chanson française et du R&B et ils ne comprenaient pas pourquoi. Je n’ai pas cette prétention-là, j’aurai aimé chanter vraiment. Et il y en a d’autres que j’ai convaincu et qui m’ont dit qu’il y avait vraiment une sorte de miroir émotionnel dans cet album ». Cet album est d’ailleurs vraiment autobiographique : « C’est un album sans détour. À part deux trois morceaux avec des réminiscences Casseurs et des morceaux un peu égo-trip, pour le reste c’est vraiment des morceaux où je me sonde. Après c’est dans la forme que j’essaie de les rendre un peu plus musicaux où c’est pour ça que j’ai des refrains un peu chantonnés ou un peu pop parfois. J’essaie de m’éloigner du côté purement analytique, en tout cas c’est pour casser le côté ou très dur du texte souvent ou trop analytique car si je n’aérais pas avec la forme je pourrais vite faire chier et puis même moi je n’aurais pas envie d’écouter ça quoi ».
« Enfant Lune » est composé en trois parties : « Dans la première partie j’échantillonne ce qu’on va retrouver dans l’album. Il y a à la fois la partie mélancolique, un peu dark, très pessimiste où ça rappe, « Paradis Noir », il y a déjà la thématique des nanas et la thématique amoureuse avec « Je La Laisse Faire » et tu as un peu d’égo trip, c’est les réminiscences Casseurs avec « On Ne Danse Pas », « Qui Dit Mieux », « Konnichiwa », c’est vraiment pour le sport, j’ai quelques phrases de côtés je les mets là-dedans et après on passe aux choses sérieuses. Après les deux autres parties c’est la thématique amoureuse et une partie beaucoup plus mentale, psychologique ou spirituelle et là il n’y a vraiment que des morceaux à thèmes. Et je pense que c’est important de l’écouter dans l’ordre car c’est comme ça que je l’ai conçu en fait. En me disant dès l’intro je veux prendre les gens par la main et les faire transiter de l’univers des Casseurs dans lequel ils m’ont connu, au mien ». Il nous a également expliqué pourquoi avoir choisi ce nom d’album : « L’enfant lune je pense que vraiment la petite voix qu’il y a en chacun de nous. Et l’enfant lune c’est comme l’enfant en moi, qui crie pour extérioriser ses démons, qui crie pour qu’on l’entende ou qui dans les moments d’accalmie se met à chanter avec Nemir des choses plus douces. Mais l’enfant lune c’est le gamin rêveur, déconnecté, qui est resté un grand gamin et qui vit la nuit en marge du monde extérieur et qui ne se mélange pas trop. C’est vraiment cette métaphore-là, je suis vraiment et dans la lune et ce que j’imagine être un mode de vie pour ces gens atteints de cette maladie-là, les enfants de la lune qui vivent à l’abri des UV du soleil. J’ai un mode de vie assez similaire et ce n’est pas du tout un truc pompeux, je ne fais pas de récup avec cette maladie-là c’est une maladie rarissime. Je me sens vraiment différent depuis toujours et c’est ce que j’exprime dans l’album et pour toutes ces raisons j’ai appelé l’album enfant lune ».
Gringe sera en tournée à partir de du 25 janvier où il débutera par Rennes, avant de passer par Lille, Liège, Sannois, Nantes, Paris à La Maroquinerie (et c’est complet !) ou encore Reims, Strasbourg, Metz et le 18 mars à La Cigale : « C’est DJ Pone qui m’accompagne sur scène. On est en train de mettre en place le live et c’est déjà une petite folie, la première demie-heure elle est dingue. Il va falloir que je me remette vite au sport car ça va être très intensif. Les gens pensent que j’ai fait un album très mental mais sur scène je vais quand même ramener un album nerveux. On s’est débrouillé avec Pone et on a bien réfléchi à ça et ça va être fou sur scène ».

L’interview complète est à retrouver dès maintenant sur notre site et notre chaîne Youtube et écoutez Gringe sur Hotmixradio Hip-Hop !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • SD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence