Anne Paceo nous parle de « Bright Shadows »

Par 01/02/2019

Anne Paceo est de retour avec un nouvel album mélangeant les genres : de la « musique sans frontières » comme elle le décrit si bien. Musicienne depuis l’enfance, batteuse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et pour des pointures du jazz, l’artiste qui a voyagé dans plus de 40 pays est venue nous présenter « Bright Shadows » et nous parler de ses influences et de son travail sur les morceaux dans les Instants Privilégiés.

C’est le jour de la sortie de l’album, le 25 janvier, qu’Anne Paceo nous a rendu visite dans nos locaux afin de nous parler de cet opus, « Bright Shadows ». La première question était bien sûr évidente : comment te sens-tu ? « Je suis super heureuse. C’est un projet sur lequel je bosse depuis deux ans. Je crois que je n’ai jamais autant travaillé sur un disque donc je suis hyper heureuse et soulagée aussi. Et puis c’est vrai qu’on ne sait jamais trop comment ça va être reçu à l’avance… J’ai passé un mois de décembre où j’étais tendue, je me disais olala… Et puis janvier est passé très très rapidement mais je suis heureuse, soulagée et trop trop contente de partager cette musique avec le public. J’adore avoir des retours, j’adore quand les gens me mettent des messages sur les réseaux sociaux pour me dire j’ai adoré. J’ai eu quelques retours depuis ce matin et puis le retour des journalistes est aussi hyper important. Je regarderai les classements un peu plus tard parce là c’est le premier jour ». Sortir cet album est un peu comme une naissance auprès du public : « C’est ce moment où tu lâches en fait. Le disque est fait, est créé et bien maintenant il va falloir faire vivre le live et les concerts. C’est assez excitant, il va y avoir une deuxième naissance parce que la musique elle va évoluer à travers des concerts aussi. Ce disque-là pour moi il a une saveur particulière parce que j’ai vraiment fait zéro compromis. Je suis vraiment allée où je voulais en fait. C’était un peu un rêve pour moi d’arriver à concilier toutes les influences et je crois que j’ai fait ce que j’avais envie de faire ».

Sur « Bright Shadows », Anne Paceo mélange les styles. L’occasion pour nous de lui demander comment elle décrirait sa musique : « Je dirais que c’est de la musique sans frontières. Et puis pour moi il n’y a pas de barrières entre les styles, c’est-à-dire soit la musique elle me touche, elle me donne la chair de poule, elle me fait rire, elle me rend heureuse, elle me rend triste, elle me provoque des émotions, soit elle ne me touche pas. Donc pour moi que ce soit du rock, de l’électro, de la chanson française, de la musique qui vient je ne sais pas… des percussions du Sénégal par exemple… Si ça me donne des émotions c’est que ça me fait du bien quoi. Du coup, tout ça j’ai essayé de le mettre dans le disque en me disant : voilà j’ai envie de moi, me mettre la chair de poule. Tout simplement ! ». Elle nous a expliqué comment elle faisait pour retranscrire des émotions en musique : « Quand j’écris de la musique je suis dans un état particulier. Je repense à une situation, à un lieu, à un endroit, à une personne. Quand j’écris, je suis vraiment dans l’émotion et après quand j’amène la musique au groupe, je leur raconte dans quelle émotion j’étais, donc quelque part je les conditionne. Je pense que c’est comme un metteur en scène qui bosse avec un acteur, il va lui dire là voilà t’es dans ce type d’émotions. Donc dans la mesure où je joue avec des musiciens qui sont assez sensibles c’est souvent assez touchant ». Anne Paceo nous a aussi raconté son travail sur les titres : « J’amène vraiment toute la matière. J’amène la mélodie et les accords, l’ambiance, toute la matière sauf les textes. Je vais dire : tiens j’ai envie de telles ambiances, j’ai envie d’aller par là. Et puis après chacun amène un peu ce qu’il est. Le pianiste va me dire : tiens cet accord on peut le changer un peu ou le chanteur va chanter un peu différemment la mélodie. Par contre moi je n’écris pas le texte. Je ne manie pas très bien les mots. Pour moi ce n’est pas ce que je sais le mieux faire. Donc je préfère faire appel à des paroliers. Par contre à chaque fois que je fais écrire un texte je raconte l’histoire. Donc tous les textes en quelque sorte parlent de mes vécues en fait ».

Anne Paceo sera en concert le 31 janvier à Boulazac, le 2 février à Briançon, le 16 à Bruxelles, le 19 à Paris au 104, le 2 avril à Metz ou encore le 3 à Shiltigheim. À noter que l’artiste passera également par la Philharmonie de Paris le 15 juin, une salle où elle rêvait de jouer ! Retrouvez l’interview en intégralité dès maintenant en podcast audio et vidéo, et toutes les dates de concert sur le site d’Anne Paceo.

Les interviews

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence