Stuck In The Sound nous parle de « Billy Believe »

Par 08/05/2019

Avant leur concert au Trianon de Paris demain (9 mai), José et Romain du groupe Stuck In The Sound sont venus nous parler de leur cinquième album, « Billy Believe », dans les Instants Privilégiés. Ils ont aussi évoqué leur propre label qui leur a permis de gagner en indépendance et leur tournée aux États-Unis.

Sorti début mars, « Billy Believe » est le cinquième album du groupe Stuck In The Sound. Un nouvel album qui se rajoute à la liste et pourtant, le groupe est toujours impressionné par les sorties : « On ne s’y habitue jamais, c’est toujours la pression, surtout celui-ci, on a mis beaucoup d’amour, beaucoup de plaisir. Joué tous les cinq dans la même pièce, à renouer le contact avec le live parce qu’on a tout joué ensemble… C’est sûr que c’est toujours stressant la sortie d’un album c’est comme un bébé quoi ». Ils nous ont confié que sur cet opus, la manière d’enregistrer a été un peu différente par rapport à l’album précédent : « Par rapport à « Survivor » car ça a surtout été bossé sur ordinateur, il y a des trucs séparés, du synthé, de la programmation… Là, clairement c’est un album rock où on retrouve l’ADN de Stuck du premier album, du deuxième album, troisième album ». Nous leur avons également demandé pourquoi avoir choisi « Billy Believe » comme nom d’album : « « Billy Believe » c’est un peu le personnage fictif de l’album, c’est le fil rouge en fait. Ça peut être toi, ça peut être moi, c’est les héros qu’on est au quotidien en fait, on traverse cette vie la tête droite, on se prend des coups et on avance quand même avec de l’amour et de la passion. Et on affronte cette vie absurde dans laquelle on nous a foutu depuis la naissance. Il est apparu au moment où on a vu le petit bonhomme. On s’est dit mais comment on va synthétiser tout ça et puis un moment, dans les diverses propositions qu’on avait d’artwork de Douglas Cavanna avec qui on a travaillé et qui est le guitariste de « I Am Un Chien » – donc on est en famille toujours, « I Am Un Chien » c’est le groupe de mon frère – et Douglas Cavanna c’est un super dessinateur, un super graphiste, extrêmement talentueux. Dans ses propositions il y avait ce personnage et ça nous a sauté aux yeux. C’était soit ça, soit un caca qui souriait donc on s’est dit que c’était mieux peut-être le Billy Believe ».

Après avoir signé en major, le groupe a décidé de monter son propre label, une meilleure façon de travailler et plus de libertés pour eux : « On a gagné de l’indépendance, de la liberté sur la manière dont on produit l’album. Un gain de temps, moins d’intervenants aussi, on est plus libres et tout. Et puis c’est un truc qu’on voulait faire depuis un petit moment déjà. Après voir testé la major qu’on avait testé sur l’album d’avant « Survivor », l’expérience major et contrat d’artiste et tout et ça ne nous a pas trop aidé, on est bien mieux en indépendant ». Stuck In The Sound envisage de produire les albums des membres du groupe avec ce label, et pourquoi pas d’autres artistes par la suite : « Oui il y a des artistes qu’on connait qui sont supers bien, c’est les membres de Stuck déjà, on va produire nos albums solo respectifs, on a chacun envie de sortir des trucs, et puis ouais, bien sûr, on est au contact de plein de jeunes… C’est ce qu’on dit à chaque fois, c’est que nous c’est pas une démarche commerciale de monter ce label, c’est à la base pour produire les albums de Stuck. Après derrière, si effectivement on rencontre des gens avec qui ça se passe bien… Et puis comme dis José, on a tous des petits trucs à côté donc ça permet un peu de réaliser les choses et de les concrétiser ».

Stuck In The Sound est revenu il y a maintenant environ deux mois des États-Unis, où ils ont fait un concert à New-York notamment. Ils nous ont parlé de cette expérience : « C’était la deuxième fois qu’on allait aux États-Unis, première tournée où on se retrouve à jouer dans un club à New-York avec des fans de Stuck et à Austin avec des fans de Stuck aussi. C’était vraiment une expérience superbe, on a hâte de recommencer. C’est fou de se retrouver très très loin, en plein jet-lag, crevé, le bide remplit de burger et puis d’avoir des fans qui chantent tes chansons. C’est jamais pareil mais même en France quand on joue dans chaque ville c’est différent en fait, c’est jamais les mêmes personnes, ce n’est pas le même concert, on a pas la même énergie forcément… À chaque fois le concert est différent. Il y a eu des belles rencontres, à New-York on était hyper étonnés, on voyait les gens chanter les titres et tout et l’accueil a été vraiment hyper positif. On a joué dans le cadre d’un festival, on était les derniers dans la soirée et on a même vu par rapport à l’accueil, par rapport aux autres groupes et tout que dans les gens, il y en avait pas mal qui étaient venus pour nous voir et c’était hyper chaleureux, on était hyper contents ».

Le groupe sera en concert demain, le 9 mai au Trianon de Paris avant quelques autres dates en France puis des concerts en septembre à Cologne, Francfort et Berlin. En attendant, vous pouvez retrouver l’interview complète dès maintenant en podcast audio et vidéo et les écouter sur Hotmixradio Rock !

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence