Renan Luce en concert à la Salle Pleyel

Par 02/12/2019

Son album éponyme est sorti en mai et il était jeudi soir en concert à la Salle Pleyel. Quelques jours auparavant, nous avons rencontré Renan Luce qui nous a parlé de ce nouvel opus et de ses concerts en compagnie d’un orchestre. Nous étions également présents lors de sa date parisienne, et on vous raconte tout !

Nous sommes le 22 novembre, et dans moins d’une semaine, Renan Luce se produira à la Salle Pleyel pour présenter son album enregistré avec un orchestre et qui porte tout simplement son nom. Composé de dix morceaux, nous découvrons une nouvelle facette du chanteur et ce qui nous intrigue tout particulièrement, c’est l’ordre du tracklisting de l’album, qui commence par « Au Début » et se termine par « À Bientôt, Renouveau », comme une évidence : « C’est un album qui peut être écouté dans tous les sens, mais c’est vrai que quand j’ai conçu un peu l’ordre des titres, j’ai voulu faire en sorte que ce soit un petit voyage avec des petits moments un peu charnières de ces dernières années, avec des émotions que j’ai vécues. Et que j’ai voulu retranscrire ça en chanson. Cet ordre il a un sens en tout cas. Après évidemment on peut l’écouter dans le désordre, ça marche aussi » nous confie-t-il.

Dans cet album, Renan Luce a fait appel à un orchestre, ce qui donne une autre dimension à sa musique et nous permet de découvrir une nouvelle facette du chanteur : « Cet album est le reflet de l’univers dans lequel j’étais. Que ce soit dans l’écriture ou même dans la musique j’ai essayé au contraire d’être le plus honnête possible avec ce que je suis y compris musicalement. Pour moi c’est le fait qu’il y ait un orchestre très présent sur ce disque. Ce n’est pas une coquetterie ni une envie de rendre hommage à une période particulière. C’est pour moi un disque d’aujourd’hui avec mes émotions d’aujourd’hui et avec dans un style musical qui est un style que j’ai beaucoup écouté, que j’écoute encore aujourd’hui et qui m’a donné envie de faire ce métier. Et je crois que c’est justement pour porter des paroles très intimes que j’avais envie que la musique qui l’accompagne soit aussi une musique très intime pour moi ». Cette envie d’être accompagné par un orchestre s’est faite directement à l’écriture de l’album, dès les deux ou trois premières chansons : « Je crois que je sentais déjà une tonalité un peu différente qui se dégageait de tout ça, qui laissait de la place à l’orchestre et qui faisait sens aussi avec ce thème qui est le thème du cœur ».

L’artiste a puisé dans ses inspirations, notamment Jacques Brel, pour trouver la couleur qu’il souhaitait pour son album et ses lives : « Pour moi c’était un peu vers cette couleur-là que je voulais aller dans le maniement de l’orchestre et le fait que l’orchestre n’écrase pas la chanson. Il n’est pas la juste pour faire joli, c’est un vrai dialogue avec l’orchestre et avec la mélodie ». De ces écoutes sont nées plusieurs rencontres avec le réalisateur et l’orchestrateur de l’album afin de se poser des concrètes, comme la taille de l’orchestre, le nombre de musiciens, l’importance de la harpe… Au final quelques mois auront suffi pour définir l’orchestration de l’album (environ six ou sept) à l’aide de petites maquettes qui ont permis de trouver la tonalité de Renan Luce. Une fois l’enregistrement de l’ossature fait, ainsi que les orchestrations, seuls deux jours ont été nécessaires au chanteur pour enregistrer le disque.

Lors de notre interview, Renan Luce nous avait confié avoir une très grande alchimie avec les musiciens et le trio piano / contrebasse / batterie. « Il y a eu la magie supplémentaire déjà du bonheur de faire de la musique avec eux, avec autant de monde, que ça multiplie encore plus les moments où on sent qu’on est tous concentrés sur la même émotion ». Et cela s’est vérifié sur scène lors de son concert dans la mythique Salle Pleyel de Paris. Une salle qui affichait quasi comble pour l’occasion. À noter que nous avons notamment été surpris par le nombre d’enfants accompagnés de leurs parents présents dans la salle. Renan Luce apparaît sur scène aux alentours de 20h55, devant une configuration assise, un changement pour l’artiste : « C’est vrai qu’avant dans les concerts que je faisais la démarche était d’aller chercher le plus d’énergie possible, d’en donner, en recevoir d’être attentif à ce que les gens participent, tapent des mains… Et là maintenant je suis sur quelque chose que je trouve encore plus fort finalement, c’est d’accepter que les gens soient assis dans une écoute bienveillante. C’est aussi un spectacle avec de l’énergie, l’orchestre amène quelque chose d’important ». Un pari réussi avec l’interprétation de son album et de ses plus grands classiques vus d’un autre oeil, qui redonne d’ailleurs une seconde vie aux morceaux que l’on connaît tous. Parfois à la guitare, parfois sans, Renan Luce trouve merveilleusement bien sa place au milieu de cet orchestre composé de 15 musiciens et nous emmène dans son univers. Pendant tout le spectacle, les gens sont attentifs et apprécient chaque minute du concert. Parmi nos coups de coeur : « Le Point Nemo », « Les Voisines » ou encore « Berlin », le dernier extrait de son album, dont il a réalisé le clip lui-même.

Renan Luce continue sa tournée et sera le 12 décembre à Clermont-Ferrand, le 14 à Bruxelles ou encore le 17 à Toulouse. Les concerts continueront en 2020 un peu partout en France. Et retrouvez Renan Luce sur Hotmixradio Frenchy !

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence