Daysy au Café De La Danse

Par 12/12/2019

Leur album « Better Days Are Coming » est sorti en septembre : le duo Daysy, qui était la semaine dernière en concert au Café De La Danse à Paris, est venu nous présenter cet opus et nous a parlé de leur rencontre et de leurs projets d’action culturelle.

Avant d’être un duo, Daisy et Léo ont fait partie d’un même groupe, entouré d’autres musiciens. Ils étaient alors six sur scène et se sont rencontrés à la sortie du lycée : « Quelques mois après avoir obtenu notre bac on s’est rencontrés par le fruit du hasard. Et donc cette première formation c’était Léo qui l’avait déjà créée à l’époque. Le fait d’avoir fait ce groupe-là je pense que c’est une force parce qu’on a vécu plein de choses avec le côté un peu plus roots de cette époque-là pour nous. On a fait beaucoup de musique de rue avec ce premier groupe-là et puis on était très jeunes donc on a grandi aussi ensemble, c’était des années un peu d’insouciance et en même temps on avait plein de projets en tête et on avait déjà envie de faire plein de choses. C’est aussi ce qui nous a poussé à aller sur les routes à se dire bon ok on lâche tout et on se consacre uniquement à la musique on ne fait que ça ». Ce projet a donné l’envie à Daisy de s’investir vraiment dans la musique : « Je pense que j’avais carrément la trouille à l’idée de me lancer dans ce projet-là. La musique ça faisait partie de ma vie depuis aussi loin que je m’en souvienne. Mais par contre je n’envisageais pas du tout d’en faire mon métier ». Après avoir fait de nombreuses dates en Europe, en Espagne, en Turquie ou encore en Italie, les deux artistes ont développé une aisance sur scène et se sont formés devant des publics différents. Accompagné d’une équipe, le duo aime s’investir dans chaque partie du projet : « Ce qui est certain c’est qu’on a de super équipes. Ça c’est clair et pour nous ça change tout. Aussi parce qu’on se rend compte vraiment du confort que c’est d’avoir des gens derrière nous autour de ce projet. On l’a porté tellement longtemps seuls ».

Si les morceaux sont composés principalement à la guitare (mais aussi un peu au clavier), le fait de devoir réaliser un album a été un cap important pour eux : « Ça a été un cap super important dans l’esthétique musicale qu’on voulait présenter en fait puisque jusqu’à avant d’enregistrer l’album on avait commencé à faire une liste. Et finalement on s’est regardés et on s’est dit non en fait c’est pas ça qu’on a envie de faire et donc il y a plein de morceaux où on s’est dit ça on les met de côté. On sait que c’est des morceaux qu’on aime ou qu’on a joué plein de fois sur scène puisque notre projet a vraiment vécu pendant super longtemps comme ça. Et puis avoir du neuf aussi c’était vachement important pour nous, se dire on va entamer quelque chose de nouveau quand on remontera sur scène, il y aura des morceaux qu’on n’aura jamais joués, on les aura composés en studio et ils n’auront jamais existé sur scène avant qu’on les joue à ce moment-là ».

Daysy c’est également un duo tourné vers les autres, qui participe à de nombreux projets culturels. Sur le titre « We Are », on peut entendre des voix d’enfants. Ils nous ont parlés de la création du titre : « On faisait un projet avec deux écoles primaires d’action culturelle. On intervenait pour les enfants et on leur a proposé d’écrire une chanson. Il y avait cette mélodie de piano qui était là. Et à partir de là ils ont écrit des petits bouts de texte dont on ne s’est pas servi. C’était la première fois pour chacun d’entre eux qu’ils découvraient une salle de concert et c’était des écoles issues des quartiers en difficulté donc il y avait des choses évidemment ultra poignantes dans les phrases qu’ils ont écrit chacun. Les couplets c’était ça, ils venaient dire chacun leurs phrases au micro, c’était trop mignon évidemment. Et le refrain, on le chantait tous ensemble, il existe donc sur la version enregistrée. Après ça, on a écrit des couplets et on a gardé les voix des enfants. On a écrit en anglais pour parler un peu finalement de l’essence de cette rencontre, du sens que ça avait pour nous ». D’autres projets ont été réalisés dans des hôpitaux et prisons. « On a fait aussi un projet où on a joué dans le format le plus acoustique possible pour des prématurés. C’était ouf. Les réactions des prématurés au son d’une guitare et de ma voix que j’ai essayé de faire la plus douce possible pour que ce soit le plus agréable possible, c’est dingue. C’est hors norme, tout le monde n’a pas la chance de faire ça. Les plus chanceux dans l’histoire c’est nous. Et à chaque fois qu’on a fait des projets comme ça on s’est sentis vraiment chanceux de pouvoir le faire, vraiment ». Un échange avec les gens et le public qui s’est confirmé sur scène au Café de la Danse. Le duo a pris le temps de discuter avec les spectateurs présents et d’expliquer leurs titres, devant une salle conquise. Si vous avez manqué cette date, pas de panique, d’autres dates sont à prévoir en 2020 notamment à Cannes le 24 janvier ou encore Sérignan le 25. Ils seront également en première partie de Morcheeba et passeront à l’Olympia le 15 mars.

Vous pouvez écouter Daysy sur Hotmixradio VIP.

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence