Découvrez Poupie, qui nous présente son EP

Par 13/03/2020

Poupie est une pile électrique. Cela se ressent dans sa façon d’être, et dans sa musique. À 21 ans, la chanteuse sort son premier EP, intitulé Poupie, qui dévoile toute l’énergie et la singularité d’une artiste en construction permanente. Nous l’avons rencontré après l’un de ses concerts au Pop-Up du Label.

C’est au Pop-Up du Label, une salle d’environ 120 personnes, que Poupie a présenté son EP éponyme devant un public au rendez-vous pour 6 dates complètes dans ce lieu. Ce qu’on retient particulièrement de son live, c’est tout d’abord une entrée sur scène pleine d’énergie, tel un boxeur qui rentre sur le ring : « En fait, en vrai vu qu’au Pop-Up c’est encore une petite salle, il n’y a pas de côté de scène, il n’y a pas d’entrée de scène. Je savais que je ne voulais pas être déjà sur scène quand ça commençait parce que c’est mon côté, je ne sais pas… Je voulais un truc un peu grandiose et il ne me restait qu’une option, c’était rentrer par le public. Et j’adore ça parce qu’en plus symboliquement, c’est hyper important. C’est mes premiers concerts, c’est des petits concerts, mais c’est très convivial et c’est très intimiste. J’adore traverser un bout de la foule pour rejoindre la scène. C’est trop cool ». Pendant ses différents concerts, la chanteuse a constaté avoir de fidèles fans qui viennent la voir sur plusieurs dates, mais également un bon nombre de nouvelles têtes : « Je sais qu’il y a des nouveaux arrivants, que les gens en ont parlés. J’ai beaucoup de gens qui viennent et qui me disent je vais revenir, je vais ramener ma cousine, je vais ramener mes amis et ça, ça me fait hyper plaisir. Il y a aussi quelques gens que je ne connais pas de ma vie personnelle qui reviennent et c’est incroyable. Et par contre, j’ai aussi des gens, des amis qui viennent de la famille parfois. C’est cool, ça fait plaisir, c’est important ».

Si Poupie a son propre style au niveau musical, elle a également un style vestimentaire bien à elle : « Je suis à l’origine de beaucoup de choses dans mon style puisque j’ai toujours choisi mes vêtements. J’ai un style précis qui n’est pas précis en même temps, c’est-à-dire que je sais exactement ce que j’aime, mais il y a beaucoup, beaucoup de choses différentes. Maintenant aujourd’hui, je travaille aussi avec une styliste qui s’appelle Anaïs Kevorkian, qui est géniale, que j’adore, avec qui on fait vraiment la paire et qui, elle, m’aide parce qu’au niveau du temps, je n’ai pas vraiment le temps de trouver les tenues, j’ai pas vraiment le temps d’aller faire du shopping, etc. Ensemble, on regarde, on parle de mon style. Et puis après, elle me trouve des choses. Elle est très, très forte. Elle me trouve des tenues, par exemple pour la scène, pour des promos et c’est toujours des choses que j’aime, parce qu’elle comprend bien ce que c’est, mon style ». Dans ses morceaux, l’artiste qui a vécu dans plus de quinze villes différentes n’hésite pas à mélanger les styles et les langues, passant du français, à l’anglais, à l’espagnol. Et le mélange culturel important pour elle : « J’ai l’impression que si c’est dans ma musique, ça va me ressembler, que cette partie de ma vie doit être retranscrite dans la musique que je fais pour une autre raison que je n’avais jamais évoquée en interview jusqu’ici. Mais par exemple, pour la raison que, par exemple, en Espagne, j’ai quelques gens qui me suivent, qui sont en Espagne. Je n’avais jamais pensé à ça mais du coup, le fait que dans mon pays de l’espagnol, ils vont peut-être se dire ah, mais elle ne nous oublie pas, etc. Donc ça, c’est intéressant. Après le reste, c’est plutôt instinctif. On va dire que ma musique est assez à l’image de ma vie. Donc, s’il n’y avait pas de petits bouts dans d’autres langues, peut-être qu’il manquerait une partie. Mais là, je suis en train de me dire quand je parle que si je fais un album tout en anglais dans un an ou tout en espagnol dans 5 ans… Donc, je ne sais pas. En fait, je crois que y’a pas de code, y’a pas de règle pour cet album-là, inconsciemment, j’ai choisi de mélanger les trois langues. Peut-être parce que c’est le premier. Je me suis dit OK, c’était un melting-pot ».

Poupie travaille actuellement sur un album et la chanteuse nous confie qu’elle continue de le peaufiner au fil du temps avant sa sortie, afin d’avoir peut-être une bonne surprise et un tube comme Stromaé avec « Formidable » qu’il a écrit peu de temps avant de sortir son opus. La chanteuse sera en concert le 16 mai pour le festival Paroles et Musiques à Saint-Étienne, le 19 Mai aux Etoiles à Paris, ou encore le 11 juillet au festival Musilac à Aix-Les-Bains. Un beau programme pour la chanteuse, qui lorsqu’on lui demande quel serait son plus grand rêve, répond qu’elle aimerait sortir un album gratuit : « Le quatrième ou cinquième album, ce serait génial parce que je sais qu’aujourd’hui, la musique, c’est un métier, c’est une industrie. Mais j’ai toujours adoré l’idée que l’art soit gratuit, qui soit gratuit comme cure parce qu’on peut guérir grâce à l’art ». On lui souhaite !

En attendant, si vous voulez découvrir Poupie, voici un avant-goût avec le clip de son titre « Ne M’invite Pas » : « En fait, c’est le réalisateur Vladimir Baranovsky qui a eu une super idée de faire appel à des gens qui sont spécialistes des effets spéciaux dans ce genre-là. Donc avant moi, ils avaient fait Matt Damon, Charlize Theron et tout ça. C’était assez incroyable, en fait. Très sportif aussi. J’étais suspendue avec des câbles au-dessus d’une piscine et il fallait toujours que je sois gainée quand je faisais la planche, donc ça me faisait tourner la tête. J’avais presque envie de vomir à des moments, mais le rendu, en fait, est super cool. Donc je sais pourquoi je l’ai fait ».

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence