Néa nous raconte ses débuts dans la musique

Par 21/10/2020

NEA

De passage à Paris à l’occasion du Etam Live Show pour lequel elle a interprété « Some Say », Néa nous a accordé une interview à propos de ses débuts dans le monde de la musique, de son nouveau single « Diablo » et de ses projets à venir.

Quelques heures avant le Etam Live Show qui s’est déroulé à Paris le 29 septembre, la jeune chanteuse Néa nous a accueilli dans son hôtel pour se confier sur cet événement et discuter de sa carrière. « Le concert commence à 21h, je ne sais pas à quelle heure je serai sur scène mais je pense que ça va durer une heure, du coup tout va se passer très vite. J’ai vraiment hâte. Je vais chanter mon single « Some Say » mais la version remix de Felix Jaehn qui est un peu plus rapide. Il va y avoir des mannequins qui vont passer en sous-vêtements car c’est le show d’Etam. Et oui je vais être quelque part au milieu en train de chanter mon titre ! On va faire les répétitions un peu plus tard aujourd’hui, ça va être cool » nous a-t-elle dit. Elle nous a évoqué comment elle a pensé à cette version remix et comment celle-ci est née : « C’est arrivé de façon vraiment naturelle car Felix et moi sommes de très bons amis maintenant mais il y a quelque temps on ne se connaissait que très peu, on avait écrit une fois ensemble et on avait quelques amis en commun. Il a entendu « Some Say » avant sa sortie, et m’a dit qu’il voulait vraiment essayer de faire une autre version de ce morceau. C’est quelque chose que j’ai trouvé très cool de sa part car j’étais inconnue du public, c’était le premier titre que je sortais, le titre n’était même pas disponible et Felix était déjà un très gros nom et l’un des plus grands artistes en Allemagne du moment. Il a décidé de me suivre et de faire sa version avant même que le morceau ne devienne un tube. Et au final, il avait raison car le titre a vraiment bien marché et je trouve ça sympa de sa part d’avoir fait ça ». Une version qui lui a beaucoup plu car elle se pose déjà la question d’en faire un autre pour son nouveau titre « Diablo », sans nous avoir pour autant donné des indices sur qui pourrait le faire.

Néa, de son vrai nom Anna Linnea Södahl, est née en Afrique du Sud et a grandi en Suède. La chanteuse a écrit pour de nombreux artistes, tels que Zara Larsson et en cinq ans elle a réussi à s’imposer sur la scène internationale : « Ça a été une longue route pour moi de trouver cette place et pouvoir écrire pour d’autres artistes. C’est une question de temps, de trouver les bonnes personnes, la bonne équipe qui croit en vous et ce n’est pas facile. Je viens d’une petite ville en Suède, je n’avais pas de contacts dans le monde de la musique. J’ai déménagé à Stockholm et j’ai commencé à jouer dans différents groupes. Quelqu’un m’a entendu et a voulu me signer en tant qu’auteure et pour être honnête, je ne savais même pas que vous pouviez être auteur. J’ai toujours écrit des morceaux, mais je pensais que si vous écriviez des titres, vous deviez les chanter vous-même et vous deviez être la seule personne sur scène. Au final je me trompais, j’ai été signée en tant qu’artiste et j’ai commencé à travailler avec Zara Larsson. C’est la version courte de l’histoire ! ». Elle nous a également parlé des artistes originaires de ce pays, qui contient beaucoup de talents : « Une chose qui est particulière avec ce pays c’est que nous avons beaucoup de modèles comme ABBA, Max Martin, Tove Lo, Zara Larsson… Beaucoup d’artistes qui rencontrent le succès et cela vous donne le sentiment que s’ils peuvent le faire, je peux le faire ! Ça ne semble pas impossible de devenir un artiste international car on vient tous d’un petit pays, mais il y a déjà quelques artistes confirmés. Bien sûr c’est un long chemin mais je pense que beaucoup de jeunes peuvent se dire que c’est possible. On a également un système politique qui nous permet d’étudier sans payer et vous êtes même payés pour étudier. Il y a donc cet aspect économique où vous pouvez étudier la musique sans forcément venir d’une famille riche car c’est quand même un domaine risqué, il y a beaucoup de compétition dans cet univers. Mais oui, en Suède vous pouvez étudier la musique sans payer pour ça et être payé. Et je pense que c’est une chose qui aide beaucoup ».

« Diablo » est sorti il y a quelques semaines et il s’agit d’une collaboration avec Nio Garcia. Elle nous en parle : « Au début je me suis dit, je suis une fille de Suède est-ce que je peux vraiment chanter un titre qui s’appelle « Diablo » car c’est un mot espagnol et c’est un peu bizarre ? J’aime le concept et ce mot sonne très bien, tout le monde comprend la signification car c’est très utilisé même si c’est espagnol. J’aime beaucoup l’idée d’écrire à propos d’un mauvais garçon qui n’est pas le bon pour vous. Vous savez que ce n’est pas celui à choisir et vous vous trompez à chaque fois car vous avez toujours envie d’être avec ce genre de garçon et c’est, je pense, quelque chose auquel je peux m’identifier, tout comme de nombreuses personnes ».

L’intégralité de l’émission est à retrouver dès maintenant en podcast audio. Et vous pouvez également écouter « Diablo » de Néa sur Hotmixradio Hits !

Les interviews

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence