« Jours de Gloire », un projet qui donne une autre dimension à des textes marquants

Par 03/12/2020

« Jours De Gloire » est un projet qui réunit 19 textes qui ont marqué la République Française. Interprétés par différents artistes tels qu’Abdelmalik, Jane Birkin ou encore Camélia Jordana, c’est Sébastien Boudria, compositeur et professeur de musique au Conservatoire qui a choisi les textes et qui les a mis en musique. Rencontre.

© Morgan Eloy – Studio Ongaeshi

C’est en 2014 que Sébastien Boudria se met en tête de compiler une vingtaine de discours ou de textes de 1789 à nos jours, afin de mettre en lumière nos valeurs républicaines : « En 2014, je travaillais avec des élèves en chorale sur une comédie musicale en prenant des textes, des œuvres de Gainsbourg et dans la sélection que j’ai faite j’ai mis « Aux Armes Et Caetera ». Tout est parti de là, j’ai écrit une musique totalement originale de notre hymne et ça a donné la version qu’interprète Abdelmalik sur le disque ». Il ajoute : « L’idée de départ lorsque j’ai conçu un « Jours De Gloire », c’était de rendre accessible au public le plus large possible tous ces textes et de pouvoir promouvoir de manière très positive, encore une fois, à tout le monde, notamment à ceux qui, à priori, ne s’intéressent pas à ce sujet ou qui n’ont pas accès à la même culture que d’autres, de promouvoir cette République et ses textes fondateurs, ses valeurs qui sont notre socle commun ». Sébastien Boudria a donc effectué un tri parmi plus de 300 textes et a travaillé sur la musique du projet avant d’entamer des démarches pour en parler à des artistes, qu’il a parfois attendu devant des salles de concerts et théâtres : « Je ne suis qu’un petit citoyen lambda, petit professeur de musique donc je n’avais aucun réseau. C’est là où l’histoire est incroyable et assez belle : j’avais ma conviction profonde, j’avais ma passion pour ces valeurs à défendre, mais j’avais surtout ces textes quand même. J’ai souhaité pouvoir rencontrer les artistes en face à face et ça a pris du temps. Au départ, j’étais effectivement dans les théâtres, dans les salles de concerts. Le premier artiste que j’ai rencontré, c’était Michel Bouquet ». Lors de l’attribution des textes aux artistes, Sébastien Boudria avait très souvent son idée pour l’interprète : « Il y avait certains textes, c’était des évidences. « La Misère » d’Hugo, pour moi, c’était Michel Aumont. C’est un artiste que j’adore, malheureusement qui nous a quittés. C’est une tradition française, une éloquence pour moi. Quand je lisais le texte, j’entendais Michel Aumont. « La Marseillaise » pour moi, c’était évident qu’il fait que ce soit un texte qui soit slammer et non pas lu donc, j’ai tout de suite pensé à Abdelmalik ». Certains artistes ont néanmoins pu choisir leurs textes, entre deux ou trois propositions faites par Sébastien Boudria, dont Muriel Robin et François Berléand.

« Jours De Gloire » fait preuve d’une grande diversité avec les artistes présents, mais aussi avec différentes thèmes : « On a des textes qui parlent du droit de la femme, de l’abolition de l’esclavage, de la fraternité, de la justice sociale, la laïcité, l’éducation, évidemment. Je voulais aussi avoir une diversité dans la facture des textes, il y a des discours enflammés qui ont été prononcés à l’Assemblée. Il y a des lettres, des articles de loi, des proclamations. Il y a vraiment des choses très différentes et je souhaitais aussi qu’il y ait une diversité dans les auteurs représentés parce qu’il y a de grandes célébrités comme Hugo, comme de Gaulle. Il y a aussi des gens moins connus du grand public, comme Hubertine Auclert, comme Ledru-Rollin. Et je voulais aussi qu’enfin, dans cette diversité-là que toutes les républiques sont présentes, les cinq républiques soient représentées à travers ces 230 ans. Il fallait que ça rentre dans le cadre d’un disque » nous explique-t-il. Nous lui avons également demandé si la finalité n’était pas de pouvoir s’en servir comme support pédagogique pour les écoles : « C’est aussi à destination et principalement à destination des élèves. Lors de l’hommage national qui a été rendu le 2 novembre dans les écoles, les instituteurs avaient pour mission de lire le texte de Jaurès à leurs élèves. En amont, on avait fait un partenariat avec Lumni, une plateforme éducative de France Télévisions. On leur a cédé les droits de quatre textes et des clips pour qu’ils puissent les diffuser en cours pour les aborder avec leurs élèves. Il y a eu des milliers d’écoles en France qui se sont appropriées ces choses-là. J’ai beaucoup de messages sur les réseaux sociaux de professeurs qui se filmaient ou qui ont pris des photos. Quand un élève écoute « Lettre Aux Instituteurs » de Jaurès lue par Oxmo Puccino, ça a quand même une saveur particulière. Lorsqu’il écoute « La Marseillaise » interprétée par Abdelmalik, il y a un symbole ». Tout au long du disque, Grand Corps Malade vous accompagnera en tant que narrateur. Une présence qui paraît évidente sur l’album mais qui ne l’a pas été de suite pour Sébastien Boudria : « En fait, je n’ai pas pensé à Grand Corps Malade tout de suite pour la simple et bonne raison que le seul regret que j’ai pu avoir lorsque j’ai terminé le disque, c’est le petit déséquilibre qu’il y a entre la présence des interprètes féminins et masculins. J’aurais voulu tenter quelque chose qui se rapproche de la parité. Sauf que malheureusement, j’ai sollicité énormément de femmes, d’actrices, de chanteuses pour des raisons que j’ignore et beaucoup ont décliné donc c’est ce qui fait qu’on a beaucoup plus d’hommes sur le disque. Pour le narrateur, jusqu’au dernier moment, je voulais que ce soit une voix de femme parce que pour moi, c’était important qu’il fasse le lien entre les différentes républiques et contextualise les choses. Je voulais que ce soit une voix douce, une voix féminine. J’avais vraiment ça en tête et j’ai galéré à trouver mon interprète. Et puis, Grand Corps Malade ça s’est fait très tardivement, j’ai eu un déclic. Un dimanche, je regardais Toy Story 3 avec mes enfants et le clown c’était la voix de Grand Corps Malade ». C’est ainsi qu’il l’a contacté et que l’artiste a accepté de participer au projet.

© Morgan Eloy – Studio Ongaeshi

Signé chez Pias, le musicien insiste sur le fait qu’il a attendu que le projet soit terminé avant de le présenter : « Je m’étais fixé de faire un album sans entraves. J’avais une conception très précise de ce que je voulais et artistiquement et éditorialement, et je ne voulais pas qu’il y ait des interférences. Donc j’ai tout fait ». Toutes les musiques ont été enregistrées en amont par Sébastien Boudria, où il a également ajouté sa voix afin de s’en servir comme maquette pour guider les artistes. Ils ont ensuite enregistré à ses côtés, soit en écoutant la musique en même temps soit sans, mais toujours guidé par le musicien. Une musique qui donne une autre dimension à ces textes : « C’est en cela que dans « Jours De Gloire », la musique est très importante, parce qu’elle permet vraiment de donner un autre cadre, une autre dimension » ajoute-t-il.

Vous pouvez retrouver ce projet dès maintenant en format CD et sur toutes les plates-formes de téléchargement légal, mais nous vous conseillons de vous procurer l’album physique pour avoir entre vos mains le petit livre qui l’accompagne et lire plus facilement les textes que vous écoutez.

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence