À la rencontre de 2TH pour la sortie de sa mixtape « Espoir Vol 2 »

Par 15/03/2021

2TH

Il fait partie des nouveaux talents du rap français : 2TH a sorti il y a une semaine une nouvelle mixtape, « Espoir Vol 2 », qui fait suite à un premier volume sorti en 2020. Suivi déjà par une solide communauté de fans, l’artiste nous a parlé de ses débuts dans la musique, de la scène, qui lui manque et bien évidemment, de cette mixtape.

C’est au lycée que tout a commencé pour 2TH : « J’ai commencé à faire du rap en seconde avec des potes, je ne rappais pas du tout. J’avais un pote qui lui faisait du rap avec des amis, il m’a dit d’écrire un petit texte. Je me suis chauffé et 3 ans plus tard, j’ai sorti mon premier son. J’ai sorti six mois après « Ne Fuis Pas » qui a super bien marché, qui a tourné partout organiquement. J’ai vraiment lancé ce truc avec un clip fait maison, on avait tout fait avec des potes sans promo, en total indé. C’était vraiment du fait maison et ça a complètement explosé ». Il nous confie au début avoir cependant eu le syndrome de l’imposteur, qui s’est atténué après avoir sorti son premier EP, « Rêver Plus Grand » : « C’est quand même dur de prendre confiance quand tu commences et tu te lances » nous a-t-il déclaré. « Il y a pas mal de gens qui m’envoient des messages sur Instagram et qui veulent se lancer. C’est vrai que c’est hyper dur au début parce que tu as le regard des gens et aujourd’hui, ils critiquent facilement et ils peuvent te descendre en deux secondes. Moi je leur dirai de se lancer, de tenter et de toujours donner le meilleur dans ce qu’ils font. Quand toi tu es fier de ce que tu fais, c’est le principal, après ce n’est pas grave les gens seront toujours là pour critiquer, pour te dire que ce n’est pas bien. Ce qui compte c’est toi, les gens que tu aimes et ta famille. Quand j’ai sorti mon premier son j’étais dans ma chambre au téléphone avec ma soeur et je lui disais pourquoi je fais ça. Aujourd’hui j’en suis là et je suis trop content ».

2TH, c’est également un travail d’équipe, où le jeune artiste est entouré de ses meilleurs amis depuis le début : « Le clip de « Ne Fuis Pas » on l’a monté avec un de mes meilleurs potes qui est mon DA aujourd’hui, et l’autre, qui a un côté très administratif, qui est très efficace est devenu mon manager. On a monté un label en 2019 qui s’appelle Apollo Sound pour pouvoir me produire. J’ai décidé de ne pas signer en label pour l’instant ». Pour les concerts, il collabore avec le tourneur « Bleu Citron » qui lui a permis de faire les premières parties de Georgio ou encore Lord Esperanza. Avec la crise du Covid, il nous déclare être cependant très frustré de ne pas pouvoir interpréter ses titres sur scène : « C’est ultra important pour moi de rencontrer les gens et d’interpréter un projet sur scène, de se rendre compte que ton projet est sorti. C’est très frustrant et surtout en développement c’est très important pour nous. On essaie de faire sans pour l’instant, il faut trouver des alternatives et on a pas le choix ».

Sur ses projets, 2TH mélange l’électro et l’urbain dans les productions : « On fait un taff assez énorme là-dessus pour le coup parce que pour moi, c’est plus important dans ce que je fais. Je ne bosse pas vraiment avec des beatmakers, tous mes beatmakers sont des artistes soit électro soit house » nous explique-t-il. Très perfectionniste, il nous raconte qu’il a changeait encore des choses dans le mastering une semaine avant la sortie du projet : « Un son n’est jamais abouti en vrai, c’est ça qui est beau. Le but c’est d’arriver à faire le plus abouti possible mais c’est très dur de lâcher un son ».

 

Ce qui fait également la beauté de la musique de 2TH, ce sont ses textes, dont le très puissant « Réveiller » : « Ce morceau a été long et très dur et c’est ça qui fait sa beauté je pense. Je l’ai écrit il y a un an et demi. Ça a été un des premiers titres que j’ai écrit et j’étais vraiment dans un cimetière. J’étais à Biarritz je suis me baladé et je me suis retrouvé dans le cimetière. Je me suis assis et j’ai commencé par la première phrase et ça m’a fait repenser à toute ma vie. Derrière il y a eu tout le sujet de est-ce qu’ils vont se réveiller où j’ai vraiment voulu écrire sur la mort. Il est très dark ce morceau. On a beaucoup hésité à le mettre parce que justement on se disait c’est trop et que les gens n’allaient pas comprendre. Moi je trouvais que c’était un titre qui m’importait énormément parce que je parle du suicide d’une connaissance. C’était important pour moi d’en parler, je parle aussi de mon grand père. Ça faisait partie aussi de ces deux ans. J’avais vraiment envie d’en parler et que le refrain ait cette forme ».

Si le clip de « Pardonner » est sorti il y a quelques jours et a été tourné avec l’équipe de son ami avec qui il a commencé à rapper, d’autres morceaux pourraient sortir prochainement en version live : « J’ai carrément envie de faire des lives de mes sons, même du volume 1. Il y a quelques sons où on aimerait bien faire quelques lives. En clips sur le volume 2 je pense qu’on va en faire pas mal, peut-être deux ou trois de plus ».

Pour l’instant, un album n’est pas prévu de suite au programme : « J’avais encore des trucs à dire et avant de me lancer dans un album qui, pour moi, est vraiment l’aboutissement d’un projet artistique. J’ai envie d’y arriver, de sortir mon album et que ce soit quelque chose d’énorme, où je suis vraiment abouti artistiquement et que les étoiles soient alignées. J’ai vraiment envie de faire quelque chose de beau pour le premier album ». 2TH continue d’écrire quelques titres, en attendant d’avoir trouver le concept qu’il souhaite pour la suite : « À tout moment ça peut venir, et je me mets à écrire un projet comme ça ». Affaire à suivre de près !

Écoutez son titre « Pardonner » sur Hotmixradio New !

Contenus associés

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence