Imany sur Hotmix : « Il y avait une vraie volonté de vivre, d’exister et ça a été du coup un moteur ».

Par 14/09/2021

Imany est de retour avec un nouvel album intitulé « Voodoo Cello », dans lequel elle met en avant des reprises de titres connus de tous, au violoncelle, emmené par le titre de Black « Wonderful Life » en passant par « Like A Prayer » de Madonna, « The A Team » d’Ed Sheeran ou encore « Les Voleurs D’Eau », d’Henri Salvador.

 

Un spectacle avant tout

C’est dans les locaux de sa maison de disques, quelques mois avant la sortie de son album que nous avons rencontré la chanteuse Imany, en pleine promotion du premier single, une reprise de Black sur le titre « Wonderful Life ». « Voodoo Cello », composé de 12 titres, est un peu la playlist idéale de la chanteuse, même si celle-ci nous confie que sa playlist idéale aurait plutôt « entre 20 et 25 titres ».

Destiné à être avant tout un spectacle, cela fait maintenant plus de sept ans que la chanteuse a eu l’idée de ce projet en tête : « J’avais envie de faire un projet de voix et cordes et que ce soit très lié au visuel. Au départ, ce n’était pas aussi clair et au fil des années, ça s’est transformé en un spectacle qui est plus qu’un concert ». C’est après l’arrivée de son deuxième enfant et avoir pris le temps de se reposer que la chanteuse a eu envie de travailler sur ce projet, accéléré par le confinement : « Il y avait une vraie volonté de vivre, d’exister et ça a été du coup un moteur ».

Un vrai travail d’arrangements

Enregistré avec huit violoncellistes, Imany confie que le plus gros défi pour elle a été de pouvoir distinguer le son des huit instruments « qui sont exactement les mêmes ». Et grande première pour l’artiste, les arrangements ont été réalisés par ses soins : « Au départ, je voulais vraiment engager des arrangeurs différents ou un arrangeur qui aurait été responsable. Je ne pensais pas que je pouvais le faire parce que je ne viens pas d’une culture classique, de la musique. Et en fait, toutes les propositions qui m’ont été faites ne me convenaient pas. J’ai été un peu obligée, sans me poser la question, de tester et finalement, ça a fonctionné sur un premier titre, sur deuxième et troisième. Et puis ça devenait évident que je devais le faire ». Des tests ont bien évidemment été effectués pour d’autres morceaux, sur lesquelles la chanteuse n’avait pas l’impression d’apporter quelque chose de nouveau, comme par exemple « Help » des Beatles. Sur le titre de Bonnie Tyler, les violoncelles et l’arrangement ont apporté une dimension dramatique au morceau : « Quand je suis allée en studio avec mes deux violoncellistes pour trouver des arrangements, j’ai dit je veux que ça sonne comme un film d’horreur, parce que je veux qu’on soit dans la tête de cette fille qui commence à réaliser que sa relation part complètement dans la mauvaise direction, qu’elle est en train de vivre l’horreur à l’intérieur. On a pris tous les codes des films d’horreur, j’ai fait exprès de choisir des sons très, très stridents, mais moi, je le voyais plus comme un tableau, comme un film. Qu’est-ce qu’on a envie de dire? Et qu’est-ce qu’on a envie de voir quand on ferme les yeux? Qu’est-ce qu’on voit? » nous explique-t-elle.

Si le nom de l’album, « Voodoo Cello » reflète la magie de l’instrument, Imany, qui va joue son spectacle avec des violoncellistes debout nous confie qu’il s’agit d’une première pour ces artistes : « C’est une première, surtout pour eux. Par rapport à l’histoire qu’ils ont, eux, de leur apprentissage, on peut dire que ça s’est quand même fait facilement, mais ça a été compliqué parce qu’il faut désapprendre des choses qu’on a mis 30 ans à apprendre devant cette exigence, avec un instrument qui est sur la posture. On casse tout ce qu’ils ont appris et on leur demande de jouer autrement et de prendre des risques. Et une fois que le cap psychologique passé, ça a été très vite ». 

L’album est d’ores et déjà disponible, et vous pouvez retrouver une superbe version mash-up de « I’m Still Standing » d’Elton John et « Lose Yourself » d’Eminem, ainsi qu’un titre en français, une reprise d’Henri Salvador sur « Les Voleurs D’eau », peu connue du grand public.

Pour voir ce spectacle sur scène, rendez-vous le 10 novembre à Bordeaux, le 15 à Paris, le 21 à Lille ou encore le 16 décembre à Nantes. Retrouvez le podcast audio dès maintenant en cliquant ici.

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence