Cyril Mokaiesh nous présente « Dyade »

Par 08/11/2021

« Dyade » : le plus petit ensemble d’éléments solidaires. Voilà comment se définit le nouvel album de Cyril Mokaiesh, composé uniquement de duos et créé pendant la période du confinement. L’artiste est venu nous le présenter en nous racontant son histoire et le plaisir qu’il a eu à écrire et partager ces titres. 

Un travail de partage

Si ce titre d’album paraît évident, c’est à la fin du processus créatif que Cyril Mokaiesh a trouvé son nom : « J’ai un peu farfouillé dans le dictionnaire pour voir s’il n’y avait pas une sonorité comme ça à la fois, qui avait du sens et un son qui me plaisait. Et ça ne va pas beaucoup plus loin que ça, sauf que ça répond à tous les critères, parce que cet isolement, forcé, était inspirant, mais c’était douloureux aussi. Donc, j’aimais bien l’idée que la vie reparte déjà par le plus petit chiffre, deux » nous explique-t-il. Après son album « Paris-Beyrouth » qui a été coupé dans son élan car il est sorti juste avant le covid, l’artiste s’est remis à la composition pour exprimer ce qu’il ressentait et l’a partagé avec d’autres artistes : « L’objectif de se dire que j’allais faire un album de duos ça m’a donné aussi plein d’énergie. Je me suis dit je vais réaliser quelque part un rêve, c’est d’écrire pour des gens que j’admire et puis de leur proposer mes chansons. Mais il y avait aussi la motivation de se dire c’est chouette d’essayer de faire une chanson avec Keren Ann ou Dominique A, c’était excitant ».

L’artiste leur a proposé les morceaux, pré-produits et leur a demandé s’ils avaient envie de poser leur voix sur le titre. « Le but, c’était vraiment de leur proposer quelque chose. Et puis après eux, ce qu’ils amènent, c’est leur grain de voix évidemment. Moi, je les laissais complètement libres en studio, ça faisait une valeur ajoutée à mon propos ou mon texte, ça l’enrichissait » nous explique-t-il. Tous les artistes sont d’ailleurs venus en studio enregistrer à ses côtés. Bien évidemment, lorsqu’il écrivait les titres, il pensait parfois aux personnes qu’il allait contacter, ce qui influençait potentiellement un peu son écriture : « Peut-être que ça oriente un peu la manière de composer et d’écrire pour que ça se rapproche un peu de l’univers de l’artiste ou qui ne soit pas trop déboussolé, pour qu’il écoute la chanson en voyant une ouverture et une place à prendre. C’est des mots, des concepts, mais ça peut suffire pour être juste » dit-il.

Sur l’album, on peut notamment retrouver un duo avec Calogero sur le titre « La Rosée » : « Son enthousiasme était aussi très touchant. Il bosse tout le temps lui, il passe beaucoup d’heures en studio et prépare toujours de nouvelles choses, donc il est toujours occupé mais il a pris le temps de répondre à mon message. Et puis, c’est tellement un musicien qui veut toujours rechercher de nouvelles choses, qui est toujours ouvert à des suggestions. Il y a un côté naïf, une âme d’enfant dans le bon sens du terme où il dit : viens on joue » nous raconte-t-il. Un autre morceau, cette fois-ci avec Elodie Frégé, devait à la base être destinée à la chanteuse : « Ça peut arriver avec une chanson, j’avais vraiment écrit ce titre pour Élodie et elle a mis le temps qu’il faut pour sortir un album. Elle est en préparation là, mais ça a pris du temps et cette chanson restait dans un tiroir. J’avais l’impression qu’elle allait peut-être disparaître et cette année, en la réécoutant et la rejouant je me suis dit c’est quand même dommage. J’ai envie qu’elle vive celle-là et j’ai proposé à Elodie, je lui ai un peu piqué, je l’ai repris et je lui ai dit ça te dirait qu’on la chante ensemble ». Un autre duo s’est avéré être une évidence, celui avec sa soeur, Laura, sur le morceau « Honfleur », enregistré en deux heures en studio, où ils racontent leurs souvenirs de vacances en famille. 

Un réel apprentissage et des perspectives pour la suite

Ce travail a permis à l’artiste de se rendre compte de la bienveillance des artistes : « On se croise souvent, parfois dans des conditions de stress, d’émissions, de concerts. Alors oui, il y a toujours un mot gentil, un sourire, une bise. Mais de là à quelque part graver quelque chose sur disque et que ça reste, je trouve que c’est une démarche qui est quand même très généreuse de leur part. Et cette main tendue m’a donné foi au fait qu’on peut créer des choses collectives, même dans des métiers qui peuvent paraître un peu individualistes ». Cela laisse bien entendu une porte ouverte à des collaborations et co-écritures, et une bonne partie des artistes présents sur l’album participeront aux concerts de l’artiste, du 23 au 25 novembre à la Nouvelle Ève, à Paris. L’occasion également de revisiter les titres de ses précédents albums devant un public, de façon très intimiste. Sur scène, Cyril Mokaiesh sera accompagné de trois musiciens. Des places sont toujours disponibles, vous pouvez les acheter en cliquant ici. 

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence