À la découverte d’Antony Trice

Par 06/12/2021

À l’occasion de sa deuxième participation à The Voice (version All Stars) et de la sortie de son album, « Dans Ma Tête », nous avons rencontré Antony Trice à quelques heures de son concert à l’Apollo Théâtre de Paris. Il est revenu avec nous sur ses débuts dans la musique, la création de son album et son expérience à The Voice.

C’est à l’Apollo Théâtre que le rendez-vous avait été fixé avec Antony Trice, quelques heures avant sa date parisienne. Lorsque nous arrivons, l’artiste est en train de répéter, depuis 11h30 du matin, une façon pour lui de se rassurer pour le soir-même nous confie-t-il. Lui qui a commencé la musique il y a un peu moins de dix ans, après un accident de snowboard est très heureux d’avoir enfin pu sortir son album, « Dans Ma Tête ». « Je me sens hyper bien, c’est l’accomplissement de beaucoup de travail, beaucoup de patience. Et puis aujourd’hui, enfin, je l’ai je peux le présenter ici à Paris. Qui aurait cru qu’un jour, je ferais mon concert à moi, à Paris. (…) Ça faisait déjà une année et demie, voire deux ans, que j’avais beaucoup de chansons composées. J’ai écrit une chanson avant The Voice qui s’appelle « Partie Trop Loin », pour ma soeur. Mais c’est vraiment après The Voice que je me suis mis à l’écriture quand j’ai décidé que je voulais essayer de faire de la musique et que je voulais raconter mes histoires. C’est là que je me suis mis à l’écriture ».

C’est également après sa participation à The Voice qu’Antony a décidé de se consacrer pleinement à la musique. Une expérience qui lui a beaucoup appris : « C’est une expérience qui m’a permis de progresser énormément et ensuite de se rendre compte dans quel milieu on arrive quand on est justement face à des gens qu’on a admirés, des gens qui sont du métier déjà depuis quelques années pour certains. Avant The Voice, j’avais fait très peu de concerts. Ça a été une de mes premières grandes scènes ». Il nous confie cependant que la version « All Stars » a été beaucoup plus stressante pour lui, notamment en se retrouvant face à des artistes qu’il admirait en regardant sa télévision, comme MB14 : « C’était un peu le choc des Titans, la pression était encore plus grande ».

Dans son album, Antony Trice mélange les genres et les influences : « J’ai beaucoup écouté Francis Cabrel avec mon père. Avec le temps, j’ai appris à écouter du rap, j’ai appris à écouter Ed Sheeran, j’écoute du Vianney, j’écoute vraiment tout ce qui se fait qu’aujourd’hui. Je suis aussi dans un style qui mélange un peu tout, tous ces styles. J’ai certaines chansons qui sont très hip-hop. C’est un peu la surprise, mais comme j’écoute beaucoup de rap, j’avais envie d’accompagner certaines paroles qui sont assez importantes, assez percussives avec des instrus raps, parce que ça image beaucoup plus la violence du texte ». Il nous affirme cependant qu’il ne souhaite pas devenir un rappeur et que le texte et la mélodie arrivent souvent ensemble. On remarque également une grande présence de la guitare sur l’album, qui a été composé avec cet instrument : « « La Souffrance » n’a pas du tout de guitare mais je l’ai composé à la base en guitare-voix. Je fais tout avec ma guitare, j’ai appris à jouer un peu du piano par la suite sur la dernière année pour essayer de m’accompagner, mais c’est vrai que la guitare, je me sens beaucoup plus à l’aise. Je peux aussi me cacher derrière ma guitare ce qui évite d’utiliser mes mains autrement. Je pense que je m’en séparerais jamais. Et puis, c’est avec ça que j’arrive le mieux à composer ». Dans ses textes, Antony Trice tient à l’authenticité : « Pour moi, une histoire est bien racontée seulement si elle a été vécue. J’ai de la peine et j’ai eu de la peine typiquement à The Voice à m’encrer disons dans le texte à raconter l’histoire que je n’ai pas vécue moi, donc j’ai envie de raconter des choses qui me sont arrivées ».

Pour ce concert à l’Apollo Théâtre, l’artiste était seul sur scène avec sa guitare et un looper qui lui permet de faire les percussions et de faire vivre des chansons comme « La Souffrance ». Pour l’instant, il souhaite rester sur cette configuration et se présenter seul, face au public : « Je dis toujours que c’est une espèce de mise à nu parce que je raconte des textes et des histoires qui me sont arrivées tout seul avec ma guitare. Il y n’a aucun artifice, donc je trouve que c’est le dispositif qui me va le mieux ». Des revisites de morceaux sont à prévoir notamment des ballades qui deviennent plus rythmées : « J’ai vraiment travaillé le truc pour que ce soit un live dynamique », nous confie-t-il. Quelques dates arriveront en Suisse, pour être au courant de toute son actualité, n’hésitez pas à suivre Antony Trice sur ses réseaux sociaux !

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence