FERMER ET REVENIR AU SITE

EMMANUEL MOIRE

Interview Hotmixradio

Biographie

img artist

C’est l’histoire d’un jeune artiste qui, dès sa première apparition publique, à 25 ans, dans le rôle-titre d’une comédie musicale à succès, avait la foule à ses pieds. Puis vint le temps du premier album, « Là où je pars », et les disques d’or qui vont avec. Enfin la tournée, au cours de laquelle il rencontra pour la première fois son propre public. Passée l’ivresse des sommets, le chanteur et compositeur s’est donné le temps d’une pause. Une respiration nécessaire, quasi salutaire. « Ces cinq dernières années ont été si intenses que je n’ai pas eu le temps des bilans ou des remises en question, dit-il. Tout s’est enchaîné à une vitesse folle. Après ma tournée, je me suis enfin recentré, j’ai pu digérer tout ce qui m’est arrivé. Et j’avais besoin de vivre ! 2008 a donc été une année charnière. Très franchement, elle n’a pas toujours été évidente. Alors, j’ai fait cette pause, et j’ai travaillé ! ». Deux ans et demi ont passé depuis la découverte de « Là où je pars », et Emmanuel Moire revient avec « L’équilibre », un deuxième opus qui porte bien son nom. Un album nourri des expériences passées, des trop pleins qu’il fallait régler, des manques à combler. « Sur scène, j’ai constaté que je n’avais pas (ou trop peu) de chansons rythmées. Mon premier album était essentiellement composé de ballades ; j’avais besoin d’une autre énergie. Je m’y suis collé ». Banco ! Pour « L’équilibre », Emmanuel revêt donc de nouveaux habits. Et ils vont surprendre… On le voyait en impeccable chanteur à voix, destiné à un univers romantique, on se trompait lourdement. L’artiste fait une intrusion dans l’électro-pop, et le moins que l’on puisse dire est qu’il y a trouvé d’emblée sa place. Pour s’assurer la réussite de ce pari, il a fait appel à des pointures. Christian Lieu « Ninja Mix » (Justin Timberlake, Lord Kossity) a co-réalisé l’album à ses côtés. Jérôme Devoise (Archive, Mylène Farmer) en a assuré le mixage. Quant aux textes, c’est son alter ego, l’auteur et ami Yann Guillon (qui participait déjà de près au précédent opus). A une exception près : la fidèle Claire Joseph, avec qui il chantait en duo (« Merci ») sur le premier, signe ici un titre avec Doriand (« Habillez-moi »). Mais que l’on ne s’y trompe pas, Emmanuel n’a pas signé « L’équilibre » pour surprendre. « Ce disque est en accord avec ma vie d’aujourd’hui. Il me ressemble à 200 %, ce qui n’était pas forcément le cas du précédent. Aujourd’hui, je ne suis plus le même ; je n’ai plus les mêmes choses à dire ; et surtout j’ose affirmer qui je suis. Que ça plaise ou non ! » Un disque miroir donc, d’où se dégagent d’emblée des thèmes récurrents, presque obsessionnels : la cicatrisation des blessures du passé, l’apaisement, l’acceptation de soi, la vie après la scène aussi, lorsque les projecteurs s’éteignent et que les difficultés et les peurs de Monsieur-tout-le monde se dressent sur notre route. Le titre qui ouvre l’album (« Suite et fin ») en est d’ailleurs la parfaite synthèse. Il aborde tous les sujets rencontrés sur « L’équilibre » : ce que l’on a vécu et avec lequel on fait tant bien que mal, et ce vers quoi l’on tend, cette énergie qui nous y mène tout droit avec certitude. La sérénité, en quelque sorte. Preuve en est « Adulte et sexy », le premier single « Le message est simple : la sexualité reste taboue, et pourtant elle fait partie de nos vies à tous ! Arrêtez de vous poser tant de questions. Lâchez prise ! L’essentiel est d’être en accord avec soi-même, de faire ce qui nous ressemble. » S’en suivent plusieurs titres très dancefloor qui donnent ses couleurs électro à l’album (« L’Adversaire », « Promis », « Mieux vaut toi que jamais »…). Efficace en diable, l’artiste démontre là son incontestable talent de mélodiste. « Je n’ai pas cherché à faire dancefloor coûte que coûte. De toute façon, je ne fais pas de la musique de clubs. Je n’abandonne pas la variété pour l’électro.». Les quelques ballades présentes ici rassureront les fans de la première heure sans jamais déstabiliser les nouveaux venus. « Dis-moi encore » nous bascule dans une respiration lounge tandis que « Retour à la vie » et surtout le bouleversant « Sois tranquille » (écrit en hommage à son frère jumeau disparu) sont dans un registre plus « symphonique électro », là où les cordes soulignent magistralement l’émotion d’une grande voix. « Sois tranquille », un des moments de grâce de cet album, par sa force, par les mots dits, et ces silences qui suggèrent beaucoup. « C’est le seul texte (avec « L’Adversaire ») que j’ai co-écrit avec Yann. Je ne pouvais pas faire autrement. Parler de la mort de quelqu’un qu’on aime n’est évidemment pas facile, mais je me devais de faire cette chanson. J’essaye d’oublier mon deuil pour lui laisser la place. C’est mon frère qui me dit « Sois tranquille », pas le contraire.» Enfin, il y a aussi les coups de gueule qu’autrefois il ne se permettait pas. Celui d’« Habillez-moi », à l’adresse des ceux qui ont la critique un peu trop facile. Ou encore celui de « L’Adversaire » contre ces autres qui appuient systématiquement là où ça fait mal et sont prêts à vous faire tomber pour mieux vous dépasser. Ces derniers, Emmanuel Moire les a bien connus ; il n’en veut plus, merci ! Read more on Last.fm. User-contributed text is available under the Creative Commons By-SA License; additional terms may apply.

Titre(s) de EMMANUEL MOIRE

Podcast audio

Bienvenue, nous vous proposons Hotmixradio 2000

Pochette en cours

En ce moment

picto radio

Hotmixradio 2000

La Radio Années 2000

Découvrez Le Mix le plus chaud... Choisissez votre radio !



Publicité