ETIENNE DE CRECY

Interview Hotmixradio

Biographie

img artist

Originaire de Versailles, Etienne de Crecy cultive sa différence dans la house française. Il débute sa carrière au Plus Studio, où il rencontre Philippe Zdar (alias Cassius). En 1992, ils décident de former Motorbass, et sortent leur premier single éponyme. Remportant un succès d'estime avec ce single, ils en sortent un second la même année, "Transphunk". Suit en 1996, l'album "Pansoul", qui se classe comme l'un des meilleurs albums house de l'année en France et en Grande-Bretagne.

Etienne de Crecy cultive l'anonymat pour mettre en avant sa musique, il se lance également dans une multitude de projets musicaux. Il se cache derrière d'autres pseudonymes musicaux comme La Chatte Rouge ("Ecouter...fumer...", en 1995), et Minos ("Le Patron est devenu fou", en 1997). Il est également l'un des fondateurs du célèbre label Solid. En 1996, Etienne de Crecy sort "Super discount", son premier album. Grâce à un succès inattendu, "Super Discount" est réédité en 1998. Il en profite alors pour remixer Air ("Sexy Boy"), Cosmo Vitelli ("J'insiste") et Alex Gopher ("Gordini Mix"), dont il a produit le premier album, en 1994.

En 2000, Etienne de Crecy sort son deuxième album, "Tempovision", sur le label Solid/V2. En 2002, il propose "Tempovision remixes", qui comme son nom l'indique, remixe les titres de son précédent album. Deux ans plus tard, ce même album est remixé par DJ Mehdi, Demon, Alex Gopher, Jamie Lewis, Sébastien Léger, Les Diamantaires, Mooloodjee et Play Paul.

Titre(s) de ETIENNE DE CRECY

Podcast audio

Bienvenue, nous vous proposons Hotmixradio Game

Pochette en cours

En ce moment

picto radio

Hotmixradio Game

By Laser Game Evolution

Découvrez Le Mix le plus chaud... Choisissez votre radio !

REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY
REPLAY


Publicité