KILLASON

Ecoutez Killason sur Hotmixradio.

 

Single : « Blow »

 

Soutenu par la presse spécialisée française (Les Inrocks, Trax, Noisey, etc.), repéré par quelques magazines internationaux (The New York Times, The Quietus), KillASon est en train de prouver au monde entier son potentiel de séduction, porté par un hip-­­hop aussi hybride que foisonnant. Un an après l’exubérant The Rize, Marcus Dossavi­Gourdot revient ainsi avec STW1, un nouvel EP alimenté de diverses surprises. La plus belle, c’est une certitude, est la présence de six nouveaux morceaux plus mélodiques, spatiaux et aériens que par le passé.

Plus introspectifs et référencés également : « Illumina » revient sur l’histoire de sa mère, Julie Dossavi, danseuse et chorégraphe de danse contemporaine, « Number 41 » est à entendre comme un clin d’œil à Testuo Shima, célèbre personnage du manga Akira, « ABTM » s’adresse à une personne vénale de son entourage, tandis que l’EP s’ouvre et se conclut sous les bons mots de sa grand-­­mère. Sur STW1, cet étudiant en marketing à l’Université Paris-­­Dauphine s’est donc essayé à un rap plus personnel, systématiquement interprété en anglais, hautement influencé par l’entertainment américain (Michael Jackson, Busta Rhymes, Outkast, Lil Wayne, etc.) et toujours parfaitement soigné.

Ainsi, l’on ne s’étonne pas d’apprendre que KillASon, 22 ans aujourd’hui, travaille certains morceaux depuis presque quatre ans, avec la ferme intention d’imposer sa patte, de s’exporter et de réussir à vivre de sa musique. Après tout, comme il dit fièrement, « on peut réussir ou avoir un succès commercial tout en restant intègre ».

Pour cela, l’ex­Poitevin, désormais installé à Paris, peut d’ores et déjà s’enorgueillir de plusieurs concerts mémorables, pour lui comme pour le public : sa performance à Rock En Seine, retransmise en direct sur Culturebox, sa date à La Cigale dans le cadre d’une soirée organisée par Converse ou encore ses concerts en première partie de Jain ou d’A-Wa. Surtout, KillASon peut se réjouir d’avoir réussi à monter son propre label, Supanova, aux côtés de sa mère (manageuse) et de son beau- ­­père, Yvan Talbot, qui endosse ici le costume de directeur artistique.

Un travail en famille, donc, qui rejoint en quelque sorte les thèmes personnels abordés sur les six nouveaux morceaux de STW1, dont les mélodies méticuleuses et joliment évasives témoignent déjà de la maturité sonique d’un véritable compositeur, aux ambitions nettement plus pop (les parties chantées ne laissent ici aucun doute) qu’on ne pourrait le penser. Il suffit en effet d’écouter « Wrong » ou « Strange The World » pour comprendre que KillASon, également danseur, notamment au sein des crews Wanted Posse et Undercover, ne laisse que peu de doutes sur sa singularité et sur sa capacité à séduire. Tout en annonçant, par la même occasion, de nouvelles lignes de fuites pour ses futures productions.

A écouter sur :

Pub

Facebook

Les Tweets

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence