Amaury Vassili : J’ai décidé de revenir un peu à la source, au lyrique pop

Par 28/05/2021

Son nouvel album « Crescendo » est sorti la semaine dernière et est majoritairement un album de reprises : Amaury Vassili nous a accueilli en studio, courant avril, pour se confier sur les coulisses de l’enregistrement. Rencontre avec l’artiste, qui, pour la première fois, se retrouve également producteur.

Dans les coulisses du nouvel album d’Amaury Vassili

Un mardi matin, dans des studios d’enregistrement de la banlieue parisienne, nous retrouvons Amaury Vassili pour un exercice dont nous n’avons pas l’habitude : enregistrer une interview sur un album à venir, alors que celui-ci est en cours d’enregistrement et que nous n’avons pas pu en écouter un seul morceau. Un travail assez intéressant autant pour nous qu’Amaury, qui débute tout juste le marathon de la promotion. Nous sommes mi-avril et déjà 80% de l’album a été enregistré. Il nous explique quand il a commencé à travailler dessus : « Les idées sont venues à partir du mois de décembre, mais je n’étais pas encore certain de ce que j’allais développer. Et puis finalement, voyant un peu que la situation des artistes sur scène n’était toujours pas réglée et ne l’est toujours pas, je me suis dit qu’il fallait que je continue de créer. Je me suis finalement rapproché d’un label et on s’est dit que ça serait peut-être une bonne idée si j’arrivais à produire cet album en un temps record. Ça serait sûrement très bien pour que le public puisse me retrouver, vu qu’il devait me retrouver à la base pour l’album de Noël en fin d’année dernière. Mais ça a été repoussé avec tout ce qu’on sait. C’était un challenge de réaliser de produire intégralement un album en un mois, un mois et demi ».

Sur cet album de reprises, l’artiste propose quand même deux chansons originales, dont « Crescendo », qui a donné son nom à l’album mais également le ton : « Je l’avais déjà chantonné puisque c’est un titre que j’ai composé avec l’arrangeur et un ami. Je l’avais faite sur mon portable, on avait fait une petite musique derrière, mais qui ne correspondait pas du tout à ce que l’album sera. Je l’ai fait il y a presque 2/3 ans et je l’ai retrouvé vraiment sur une note vocale. Et je me suis dit qu’elle correspondait, du coup, je l’ai proposé à mon arrangeur, je lui dis est-ce que tu penses que l’aspect symphonique pourra ressortir dans ce titre-là. Il m’a dit mais complètement. C’est un titre qui évoque finalement un petit peu tout ce que j’aime dans la musique. C’est cette possibilité de démarrer tout doucement, d’être vraiment dans une émotion pure. Et puis de finir avec la grande puissance et qui fait vibrer un peu, soit les murs, soit les personnes aussi, j’espère » dit-il en rigolant.

Parmi les défis de l’artiste, outre le temps restreint pour faire cet opus : être producteur : « Ce que j’ai découvert, c’est les autres aspects du travail qu’un album nécessite et forcément gérer aussi toute la partie musicale, quels musiciens vont être pris, pour quels intérêts dans l’album au complet… Sur cet album, j’ai décidé de revenir un peu à la source et la source, c’est quoi pour moi, c’est le lyrique pop. (…) Le métier de producteur me permet de décider, de faire vraiment tout ce que je veux. Évidemment, dans la limite de certaines choses mais la liberté artistique est totale et ça, c’est le point le plus important à mes yeux. Après, en tant que producteur, il y a beaucoup plus de peur parce que évidemment, il y a des délais à tenir. Et si on ne tient pas ces délais-là, ça décale tout et tout le travail de tout le monde s’en retrouve chamboulé. Du coup, j’essaie de faire au mieux pour que, justement, on arrive à obtenir un résultat musical optimal tout en étant dans la gestion des emplois du temps de chacun et puis en regardant ce chronomètre qui se réduit petit à petit ». À savoir également que cet opus a été enregistré avec un orchestre symphonique de 40 musiciens.

De nombreux invités

De nombreux invités sont à retrouver, parmi lesquels Chimène Badi, Davide Esposito ou encore Mika Newton. Il nous raconte ces rencontres et moments de travail : « Ça faisait longtemps que je voulais faire un duo avec Chimène, mais là, pour le coup, l’occasion ne s’était pas présentée et je n’avais pas forcément la chanson. Cet album se fait en très peu de temps et j’avais déjà noté pas mal de chansons sur une feuille chez moi. Mais il y avait une chanson que j’avais mis un peu de côté parce que justement, c’était un duo et je n’avais pas trouvé la chanteuse qui permettrait aussi d’apporter quelque chose au titre parce que les grandes chanteuses en France, on en a beaucoup. Mais là, j’avais envie d’une voix particulière, de quelque chose qui redonne une couleur finalement à ce duo en plus de ma couleur classique. Et donc Chimène, c’est un peu une évidence, surtout que j’ai eu la chance de la rencontrer à mes tout débuts. On s’est revus, il n’y a pas très longtemps, sur une émission de télé qu’on a enregistré ensemble et j’ai réécouté le lendemain matin cette chanson et tout de suite je me suis dit mais purée, t’es bête tu l’as rencontré et t’as pas pensé que c’était celle-là, cette chanson. Je lui ai envoyé tout de suite un petit message vocal, je me suis permis cette fantaisie-là en lui disant : « écoute, j’ai un duo pour toi et je suis persuadé que la chanson va te plaire ». Et elle a répondu ok en deux minutes parce qu’elle a adoré ».

Mika Newton a quant à elle représenté l’Ukraine à l’Eurovision en 2011 et c’est lors de cette compétition qu’elle a rencontré Amaury : « Elle est venue par la suite me voir plusieurs fois en studio alors qu’elle habitait à Los Angeles. On a toujours eu un lien très fort et encore une fois, j’ai appris beaucoup de choses sur sa vie. Et du coup, cette chanson, « Dare To Live », je pense que c’était le message parfait qu’elle aurait envie de chanter. Et encore une fois, c’était le même cheminement quand je lui ai proposé, elle a écouté les paroles, elle m’a dit c’est ma vie, c’est ce que j’ai envie de dire ».

L’intégralité de l’interview avec Amaury Vassili est à retrouver dès maintenant en podcast audio et vidéo. Vous pouvez également écouter « Vivo Per Lei », en duo avec Coralie Ouatmani et extrait de l’album « Crescendo » sur Hotmixradio New.

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence