Texas en interview : « Le public est un facteur important dans la façon dont on interprète la chanson »

Par 28/06/2021

Le groupe Texas a fait son grand retour dans les bacs il y a quelques semaines, avec un dixième opus intitulé « Hi ». Sharleen Spiteri nous a accordé quelques minutes de son temps pour nous parler de cet album et de ce retour et nous a expliqué comment elle choisissait un premier single et comment les décisions étaient prises quant à la date de sortie d’un album.

Un nouvel album qui n’était pas prévu

C’est via Zoom que nous avons eu le plaisir d’échanger avec Sharleen Spiteri, alors qu’elle était encore en Angleterre. Elle est revenue avec nous sur la création de cet album, le dixième de la carrière du groupe, qui n’était à la base pas prévu : « Ce qui s’est passé, c’est qu’on était censés faire un album anniversaire pour « White On Blonde ». Nous sommes allés dans les archives pour trouver des versions des chansons de l’album que les gens n’avaient pas encore entendues, et quand on était là-bas, on a trouvé deux chansons, peut-être trois. On les a prises et on s’est dit qu’on devrait les finir parce qu’elles étaient inachevées, elles n’étaient pas terminées. Par exemple, Mr Haze était l’une des chansons. On est partis de cette base, on a écrit le refrain et on a ajouté le sample de Donna Summer de « Love’s Unkind ». Et quand on a fait ça, on s’est dit, wow, c’est vraiment bien. On a trouvé que c’était génial. Ça nous a motivés et on s’est dit qu’on n’allait pas seulement mettre ce morceau sur un album anniversaire mais qu’on allait faire un nouvel album. Et c’est ce qui s’est passé. Nous avons été inspirés par nous-mêmes pour faire un nouvel album ».

Si le groupe a travaillé avec ces maquettes pour créer de nouveaux morceaux et s’est inspiré du passé, nous avons tout de même demandé à Sharleen si ces titres avaient une certaine temporalité et si justement, elle aimerait parfois les sortir directement une fois écrits et enregistrés : « En tant qu’auteur-compositeur, vous ne l’entendez pas de cette façon, vous ne pensez pas comme ça, ce n’est pas comme de la nourriture sur une étagère avec une date limite de consommation, ça n’existe pas dans l’écriture de chansons. Vous pouvez avoir une chanson que vous avez écrite il y a 20 ans et vous vous dites, oh je comprends mieux cette chanson que j’ai écrite et je peux y ajouter quelque chose ou je peux en faire quelque chose de nouveau. C’est juste le processus créatif. Donc vous ne regardez jamais quand vous avez écrit le morceau. Beaucoup de gens m’ont dit que c’était bizarre de revenir en arrière et d’écouter mon « ancien moi ». Je ne le vois pas comme ça, je n’entends pas ça. C’est juste une autre chanson qu’on a écrite, qui est dans notre catalogue. C’est quelque chose avec lequel on travaille, c’est comme des outils qui sont là et qui n’ont pas de données enregistrées sur eux pour l’instant ». L’occasion également de réinventer ces morceaux et de leur donner une nouvelle vie non pas à chaque fois que le groupe fait une nouvelle tournée, mais à chaque fois qu’il est sur scène : « Les chansons grandissent, elles prennent de l’ampleur. Vous savez, si vous chantez une chanson une semaine et que vous la chantez une semaine plus tard, elle pourra être très différente d’une semaine à l’autre parce que peut-être que vous serez d’une certaine humeur ou vous vous sentirez d’une certaine manière et le public ne sait pas ce qui s’est passé dans votre vie. Vous pouvez être très heureux, mais vous pouvez aussi être triste. Donc vous interprétez la chanson d’une manière différente. Et c’est pourquoi l’idée de sortir et de jouer en live existe. Cela se produit année après année parce que vous grandissez d’une façon différente. Vous savez, parfois vous trouvez quelque chose de nouveau à la chanson. C’est en quelque sorte une expression artistique vous et de votre vie et ça dépend aussi du public. Le public est un facteur incroyablement important dans la façon dont on interprète la chanson le soir même. On peut jouer au même endroit, dans la même ville, un an plus tard, et l’ambiance sera très différente. Et cela fait partie intégrante de la performance à ce moment-là. À chaque fois, c’est une sorte de nouvelle peinture ».

Une question de saisons

Emmené par le titre de l’album, « Hi », qui va d’ailleurs vous accompagner tout l’été, nous avons été curieux de savoir comment le groupe choisissait le premier extrait de l’album qu’il souhaitait faire découvrir au public : « Je pense que quand on vit avec un album et qu’on vit avec toutes les chansons pendant longtemps peu importe la chanson, avant de sortir l’album vous le faite d’abord écouter à votre famille et vos amis. Ça leur offre une bonne représentation de ce sur quoi vous êtes en train de travailler en ce moment. C’est également comme ça qu’on choisit le premier single, c’est une sorte de peinture, de tableau qui vous emmène ensuite en voyage ». La question de la saisonnalité s’est ensuite posée, afin de savoir si une stratégie particulière était envisagée : « On doit regarder les saisons et se demander si cette chanson est bonne, pour ce moment, si c’est le bon feeling… Pour moi, c’est vraiment, vraiment important. Vous écoutez une musique différente en hiver de ce que vous écoutez en été. Je ne peux pas imaginer qu’une chanson telle que M. Haze, par exemple, ne soit adaptée à un autre moment de l’année que l’été ».

Pour en savoir plus sur la création de cet opus et sur le travail d’écriture de Sharleen Spiteri, retrouvez dès maintenant notre interview en intégralité en podcast audio. Le premier extrait de l’album, « Hi », est quant à lui à retrouver sur Hotmixradio Hits.

Les interviews

Radios associées

Pub

Facebook

Twitter

fermer Nous sommes en Facebook Live ☺ fermer
fermer REGARDEZ CE QUE VOUS ECOUTEZ ☺ fermer
Réduire
  • Loading..
  • 00:00

    Détacher le player

    Vous avez écouté

    AUDIO

    • MD
      • HQ
      • MD
      • SD

    Silence